Faîtes un don en ligne
Ligne directe donateurs : 0825 07 90 95 (0,15€ TTC/min + prix d’un appel local)

Faites un don au 3637

Publié le : 20/09/2016

DMD : l’Exondys 51 (ou eteplirsen) autorisé aux Etats-Unis

L’Exondys 51 (étéplirsen), un médicament visant le saut de l’exon 51 du gène DMD impliqué dans la myopathie de Duchenne vient d’être autorisé aux Etats-Unis.

Le laboratoire Sarepta Therapeutics a annoncé lundi 19 septembre 2016 que l’agence du médicament américaine (Food and Drug Administration ou FDA) avait accordé une autorisation de mise sur le marché (AMM) pour l’Exondys 51TM (eteplirsen) dans dystrophie musculaire de Duchenne (DMD).
Cet oligonucléotide antisens de type morpholino est indiqué chez les patients dont l’anomalie génétique permet d’envisager un traitement par le saut de l’exon 51 du gène DMD, soit 13 % des patients atteints de DMD.

Une production de dystrophine augmentée dans le muscle

La décision de la FDA s’appuie sur la mise en évidence d’une production de dystrophine accrue dans les fibres musculaires des patients atteints de DMD, traités par l’Exondys 51TM, ainsi que sur la bonne tolérance du traitement et le fait qu’il n’existe pas de traitement pour cette maladie grave qu’est la dystrophie musculaire de Duchenne.

Une efficacité clinique encore à démontrer

La quantité de dystrophine retrouvée dans le muscle des patients traités est suffisamment importante pour supposer qu’un bénéficie clinique pourrait être obtenu, en particulier une amélioration de la fonction motrice. L’impact positif sur la fonction motrice reste cependant encore à démontrer ; c’est même une condition pour que la FDA entérine son AMM. Dans le cas contraire, l’AMM sera retirée.
Plusieurs essais cliniques évaluant l’Exondys 51TM sont en cours aux États-Unis, en particulier un essai de phase III évaluant son efficacité durant 2 ans chez 160 patients atteints de DMD et qui devrait s’achever en 2019.

D’autres oligonucléotides antisens développés dans la DMD

Sarepta Therapeutics développe d’autres oligonucléotides antisens de type morpholino dans la dystrophie musculaire de Duchenne, comme le SRP 4053 qui vise le saut d’exon 53, actuellement évalué dans le cadre d’un essai clinique notamment en France, à l’Institut I-Motion (Hôpital Trousseau, Paris).
L’AFM-Téléthon a contribué à la mise au point des morpholinos utilisés par Sarepta Therapeutics à hauteur de 1.5 M€ pour le saut d’exon 51 et a consacré plus de 3.5 M€ pour l’amélioration des morpholinos et leurs applications à d’autres exons pour la myopathie de Duchenne et pour d’autres maladies rares.
Son centre d’investigation clinique I-Motion à l’Hôpital Trousseau et l’Institut de myologie est un centre expert pour Sarepta.

Pour Serge Braun, directeur scientifique de l’AFM-Téléthon : « Cette autorisation est une étape majeure, non seulement pour la myopathie de Duchenne, mais pour de nombreuses autres maladies. Elle représente une forme de preuve de concept du saut d’exon pour lequel les recherches à l’échelle internationales sont très intenses. Si le produit concurrent, le Drisapersen, a pêché par un rapport bénéfice/risque jugé insuffisant par les agences réglementaires, en dépit d’études à plus grande échelle que pour l’eteplirsen, ce feu vert relance l’intérêt pour le saut d’exon et ses applications notamment dans le domaine neuromusculaire. D’ores et déjà les antisens sont en essai clinique pour d’autres exons dans la myopathie de Duchenne, mais aussi pour l’amyotrophie spinale, la dystrophie myotonique de Steinert ; ils sont au stade de la recherche préclinique dans plusieurs autres maladies rares ».

En savoir plus

Communiqué de presse de Sarepta Therapeutics
Dernière Actualité du site sur l’eteplirsen


Rechercher une actu
Recherchez une actualité
Par ex., 30/09/2016
Filtrer par date