Faîtes un don en ligne
Ligne directe donateurs : 0825 07 90 95 (0,15€ TTC/min + prix d’un appel local)

Faites un don au 3637

Publié le : 30/09/2013

Essai de Phase III saut d’exon 51

Des résultats décevants mais une voie qui reste prometteuse.

Le vendredi 20 septembre, GSK et Prosensa ont annoncé que l’essai de phase III de saut d’exon 51  par le drisapersen était suspendu, faute d’avoir atteint son objectif. En effet, l’étude des résultats, après levée du double aveugle,  ne montre pas de bénéfice sur le critère principal, à savoir le test de 6 minutes de marche. Le gain de 10 mètres observé en moyenne chez les patients sous Drisapersen n’est statistiquement pas significatif. Rappelons que cet essai a porté sur 186 patients dans le monde (2/3 traités et 1/3 sous placebo).
 
Dans l’immédiat, ces résultats se traduisent par l’arrêt de tous les essais menés actuellement avec le Drisapersen (sur l’exon 51)mais GSK et Prosensa poursuivent leurs analyses pour étudier les résultats selon les autres paramètres biologiques de l’essai et selon les différents groupes de malades traités dont certains pourraient être répondeurs sur le critère de 6 minutes de la marche. C’est seulement au terme de ces analyses qu’une décision définitive sera prise et, si les résultats s’avèrent positifs, le développement clinique du Drisapersen pourrait reprendre. 

Une voie thérapeutique d'avenir 

Ce premier résultat, certes décevant, doit nous permettre de rebondir car le saut d’exon demeure une voie thérapeutique d’avenir.
En effet :

  • les enseignements tirés de cet essai, particulièrement au niveau des outils d’évaluation utilisés, permettront une meilleure conception des essais à venir. L’Institut de Myologie a notamment mis au point des outils d’évaluation mieux adaptés aux besoins et déjà intégrés dans certains essais  ; Il permettent aussi de s’adresser aux patients ayant perdu la marche (ils n’ont pas fait partie de cette essai)
  • l’essai portait sur un traitement d’un an. Or, plus de 40 malades, inclus dans les essais précédents ont été traités pendant plus de 2 ans. GSK/Prosensa analysent plus finement leurs données pouvant montrer que le bénéfice clinique augmentent avec la durée du traitement
  • Prosensa poursuit ses programmes de développement  portant sur les exons 44, 45 et 53 ; 
  • Les autres molécules (morpholinos)  actuellement à l’essai pour le saut d’exon 51 se poursuivent ;  
  • L’essai concernant le saut de l’exon 53 par thérapie génique, mené conjointement par les laboratoires de l’Institut des Biothérapies (Généthon, Institut de myologie, Atlantic Gene Therapies),  poursuit son développement avec un objectif d’autorisation de démarrage pour 2014. 

Des enseignements à tirer

Pour Laurence Tiennot-Herment , présidente de l’AFM-Téléthon : « Après les résultats positifs obtenus lors de la phase II, ce résultat est sans conteste décevant pour les malades. Pour autant, nous devons attendre le résultat final des analyses menées par GSK-Prosensa pour conclure définitivement sur le Drisapersen. Avec les autres associations de malades en Europe, nous sommes très attachés à ce que toutes les chances soient données à cette molécule dont nous avons soutenu le développement.  D’autre part, des enseignements doivent être tirés de cet essai pour mener au succès les nombreux programmes de saut d’exon qui existent par ailleurs et qui gardent toutes leurs chances. Le développement des thérapies innovantes pour nos maladies est un long chemin semé d’embuches , nous le savons. C’est pour cela que nous sommes plus que jamais déterminés à poursuivre le combat. »

Rechercher une actu
Recherchez une actualité
Par ex., 30/09/2016
Filtrer par date