Faîtes un don en ligne
Ligne directe donateurs : 0825 07 90 95 (0,15€ TTC/min + prix d’un appel local)

Faites un don au 3637

Publié le : 29/03/2013

Scolarité et maladies neuromusculaires

Une maladie neuromusculaire n’empêche pas la scolarisation des enfants qui en sont atteints. Elle nécessite toutefois la mise en place d’un dispositif d’accompagnement dont les éléments doivent être définis au regard des besoins de l’enfant.

Depuis la loi du 11 février 2005, tout enfant ou adolescent ayant un handicap ou un trouble invalidant de la santé doit être inscrit dans l’école ou dans l’établissement le plus proche de son domicile, dit établissement de référence.  Dans les maladies neuromusculaires, si les premières démarches sont les mêmes, les conséquences de la maladie nécessitent souvent la mise en place d’un dispositif d’accompagnement pour que la scolarité se déroule au mieux. 

L’obtention de ces moyens doit se faire auprès des Maison départementale des personnes handicapées (MDPH). A travers la Commission des droits et de l’autonomie (CDAPH), l’organisme établit un Projet personnalisé de scolarisation, dit PPS, qui définit le dispositif d’accompagnement de l’enfant à l’école. Il est impératif d’anticiper les démarches avant la rentrée scolaire, tout en faisant preuve de ténacité pour que le dispositif corresponde aux besoins de l’enfant.

Si le mode de scolarisation en milieu ordinaire est recherché prioritairement, il est parfois nécessaire d’envisager une autre solution. Aussi, les auxiliaires de vie scolaire (AVS), aides techniques, aides technologiques, aides animalières… sont autant de moyens qui peuvent être mis à la disposition de l’élève lorsque ses besoins le nécessitent.  

Après la mise en place du PPS, l’équipe de suivi de scolarisation s’assure que tous les moyens prévus sont mis en œuvre et que la scolarité se déroule bien. Les mesures peuvent être réajustées si les besoins de l’enfant évoluent. 

Rechercher une actu
Recherchez une actualité
Par ex., 26/09/2016
Filtrer par date