Des experts vous soutiennent, répondent à vos questions et vous orientent.

Maladies neuromusculaires
01 69 47 11 78

Maladies rares
01 56 53 81 36
www.maladiesraresinfo.org

Maladies rares et médicaments orphelins www.orphanet.fr

Aides humaines à domicile

Être accompagné au quotidien pour gagner en autonomie

Les aides humaines interviennent auprès des personnes dépendantes pour répondre à leurs besoins d’accompagnement.


Les aides humaines à domicile accompagnent les personnes dépendantes dans 3 domaines : « les actes essentiels de la vie quotidienne, la surveillance régulière, les dépenses (frais) supplémentaires liés à l'exercice d'une activité professionnelle ou d'une fonction élective».
L'aide humaine peut être un professionnel extérieur à l'entourage de la personne aidée (appelée aussi tierce personne, auxiliaire de vie, assistant de vie), ou un aidant familial s’il s’agit d'un proche ayant un lien familial avec celle-ci.

Aider aux actes essentiels de la vie quotidienne

Les actes dits « essentiels » de la vie quotidienne recouvrent un périmètre d’action défini par la loi.
Chez soi : aide au lever et au coucher, à la toilette corporelle (transferts, installation, toilette), habillage et déshabillage, aide pour aller aux toilettes (transferts, installation…), aide aux déplacements dans la maison, à la prise des repas... La préparation des repas ne fait pas partie de ce champ d’action.
À l’extérieur : accompagner les déplacements liés à la vie sociale (loisirs, culture, vie associative…) et à toutes les démarches administratives, ainsi que les fonctions électives.

Attention et vigilance

Dans les maladies neuromusculaires et selon les cas, de multiples gestes sont nécessaires pour assurer le confort et la sécurité de la personne aidée : vérifier que les besoins de bases sont satisfaits (hydratation, élimination…), s’assurer que sa position est confortable et sinon la modifier, surveiller la trachéotomie et aspirer les sécrétions si nécessaire, réaliser des manœuvres de toux assistée si besoin…
Être à l'écoute des besoins de la personne aidée (signes d'inconfort, demandes...) pour apporter une réponse appropriée est inhérent à la fonction d’auxiliaire de vie.

Une intervention correspondant aux besoins

Les besoins et attentes d'accompagnement ne sont pas les mêmes pour tout le monde. Le périmètre d’action de l’aidant dépend des besoins de la personne aidée : ils doivent être clairement identifiés.
Dans les maladies neuromusculaires, le temps d’intervention de l’aidant peut varier de quelques heures dans la journée à 24 heures (jour et nuit), en fonction de ses besoins.

Des personnes expérimentées

Faire appel à des aidants extérieurs n’est pas toujours facile, tout comme leur accorder sa confiance. Les auxiliaires de vie ont pourtant une expérience de l'accompagnement des personnes dépendantes, acquise au cours du temps et/ou grâce à des formations spécifiques.

L’ajustement aidant/aidé se fait par le dialogue et s'affine au cours du temps. Il contribue à la mise en place d’interventions plus adaptées.

  • Dans les maladies neuromusculaires, certains gestes requièrent un apprentissage, voire une formation spécifique.

Certains d'entre eux ne sont pas qualifiés de « gestes de soin ». Mais ils doivent tout de même s’apprendre pour être bien effectués. C’est le cas de la toux assistée qui s'apprend avec le kinésithérapeute. Les transferts nécessitent aussi un savoir-faire pour garantir la sécurité et le confort de la personne aidée : il peut s’acquérir auprès du kinésithérapeute.

D’autres gestes qualifiés de « gestes de soin », peuvent être confiés à l’aidant (non professionnel de santé) dans des conditions précisées par l'article 9 de la loi du 11 février 2005. C’est le cas des aspirations endotrachéales. Pour avoir le droit d'effectuer ce geste, l’aidant naturel ou choisi par la personne aidée doit y avoir été formé spécifiquement, généralement par un Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI).

 

Pour en savoir plus : Agence nationale des services à la personne

Publié le : 02/12/2015

Des repères pour mieux gérer la maladie au quotidien

 

 

Les avancées de la recherche dans les maladies