Des experts vous soutiennent, répondent à vos questions et vous orientent.

Maladies neuromusculaires
01 69 47 11 78

Maladies rares
01 56 53 81 36
www.maladiesraresinfo.org

Maladies rares et médicaments orphelins www.orphanet.fr

Dystrophie musculaire de Duchenne : études cliniques en cours

Panorama des essais et études cliniques en cours en France

Essais de thérapies innovantes, pharmacologiques, études d’histoire naturelle… : des pistes pour soigner la maladie et des études pour mieux la connaître.

Différentes pistes thérapeutiques dans la dystrophie musculaire de Duchenne sont actuellement en cours d’évaluation dans différents essais cliniques, pour la plupart internationaux. Il s’agit aussi bien de thérapie innovantes par saut d'exon ciblant des exons du gène DMD, de thérapies pharmacogénomique utilisant des produits pharmacologiques pour cibler d’autres types d'anomalies du gène DMD, que de thérapies pharmacologiques ciblant le fonctionnement cardiaque ou respiratoire. Des études observationnelles permettent également de mieux connaitre l’évolution de la maladie.

Thérapies du gène

Une des pistes explorées dans la dystrophie musculaire de Duchenne consiste à compenser l'anomalie génétique (saut d'exon, translecture du codon stop) pour obtenir une dystrophine fonctionnelle.

  • Le SRP-4053

Le SRP-4053 est un oligonucléotide antisens de type morpholino ciblant l'exon 53 du gène DMD développé par la société pharmaceutique Sarepta Therapeutics. Un essai international de phase I/II évaluant le SRP-4053, chez 24 garçons âgés de 6 à 15 ans, atteints de DMD, et dont l'anomalie pourrait répondre au saut de l'exon 53, se déroule actuellement en France, en Angleterre et en Italie (projet Skip-NMD). Dans cet essai, 24 autres garçons atteints de DMD et dont l'anomalie ne répond pas au saut de l'exon 53 constituent un groupe contrôle, pour suivre l'histoire naturelle de la maladie, sans recevoir le SRP-4053. En savoir plus.

  • Le Drisapersen (KyndrisaTM/BMN051/PRO051), le PRO045 et le PRO053

Ces trois oligonucléotides antisens visent respectivement le saut des exons 51, 45 et 53 du gène DMD.
La société BioMarin pharmaceutical, qui assurait le développement de ces molécules a annoncé, le 31 mai 2016, le retrait de sa demande d’AMM européenne pour le drisapersen (KyndrisaTM) auprès de l’Agence européenne du médicament (EMA), annonçant également l’arrêt du développement clinique de cette molécule et celui des autres oligonucléotides antisens du même type.

Trois essais cliniques évaluant ces oligonucléotides étaient en cours en France et sont maintenant terminés.
- Drisapersen : essai international d’extension de phase III en ouvert
- PRO045 : essai international de phase IIb en ouvert
- PRO053 : essai international de phase IIb en ouvert

  • L'AAV-U7/exon 53

Suite à la publication des résultats de l’essai préclinique de thérapie génique par saut d’exon chez l'animal, évaluant un vecteur AAV portant un transgène U7 ciblant l’exon 53 du gène DMD, un essai clinique de phase I/II chez l’homme, évaluant cet AAV-U7 devrait débuter en 2017.

  • L'ataluren (Translarna™, PTC124)

L'ataluren permet la translecture des codons stop du gène DMD. L'ataluren (Translarna™) bénéficie depuis le 31 juillet 2014 d’une Autorisation  de mise sur le marché (AMM) conditionnelle européenne, accordée par l’Agence Européenne des médicaments (EMA). La prescription du Translarna™  est possible dans un cadre hospitalier, en consultation spécialisée, pour les garçons atteints d’une myopathie de Duchenne due à une mutation génétique de type codon stop, âgés de 5 ans et plus et encore marchants.

Des preuves supplémentaires sont encore attendues sur le Translarna™ (AMM conditionnelle). L'analyse des résultats de l'essai de phase III en double aveugle se poursuit : les résultats préliminaires annoncés en octobre 2015 tendent vers un ralentissement de la perte de la marche avec un traitement à 40mg/kg/jour de Translarna™.

Deux essais internationaux ayant pour but d'évaluer l’innocuité et l’efficacité de 40 mg/kg/jour d’ataluren sont encore en cours : un essai international de phase III en ouvert et l'extension en ouvert de l'essai international de phase III en double aveugle (lequel est terminé). En savoir plus

Thérapies pharmacologiques

Plusieurs médicaments sont à l'étude pour améliorer et/ou protéger la fonction musculaire et/ou cardiaque.

  • Le riméporide

Le riméporide est une molécule qui a été initialement développée dans l'insuffisance cardiaque chronique. Un essai international de phase Ib, en ouvert (France : Institut I-Motion, Paris) évalue le riméporide. Cet essai soutenu par l'AFM-Téléthon est en cours. En savoir plus.

  • Le nébivolol

Le nébivolol est un béta-bloquant déjà utilisé dans l’insuffisance cardiaque. L'essai Nébidys, un essai de phase III, en double aveugle contre placebo, évalue son efficacité en prévention chez 60 garçons atteints de dystrophie musculaire de Duchenne, âgés de 10 à 15 ans. Cet essai soutenu par l'AFM-Téléthon est en cours.

  • L'idébénone

L'idébénone a été évaluée dans l'essai DELOS, maintenant terminé. Cet essai de phase III a évalué l’efficacité, l’innocuité et la tolérance de 900 mg/jour d’idébénone (ou Caténa®/Raxone®), pendant un an, chez 280 patients atteints de dystrophie musculaire de Duchenne, âgés de 10 à 18 ans, n'ayant pas été traités avec des glucocorticoïdes. Les résultats ont été publiés en avril 2015 dans le journal The Lancet. Ils montrent que l’idébenone est bien toléré et diminue notablement l’atteinte respiratoire. D’autres résultats publiés en juin 2016 dans la revue Neuromuscular Disorders montrent que l’idébenone diminue le risque de survenue d'épisodes infectieux respiratoires.

  • Un inhibiteur de phosphodiesterase 5

Un inhibiteur de phosphodiesterase 5 est une molécule aux propriétés vasodilatatrices. Un essai de phase III en double aveugle contre placebo, a évalué son efficacité sur la préservation de la marche chez 306 garçons atteint de DMD, âgés de 7 à 14 ans et encore marchants. Cet essai est terminé ; les résultats sont en cours d'analyse. En savoir plus.

  • Le périndopril

Le périndopril est un inhibiteur de l’enzyme de conversion. Un essai de phase III, en double aveugle contre placebo a évalué à un stade précoce de la maladie et pendant 2 ans, l’efficacité de 150 mg/kg/jour de périndopril sur les fonctions musculaire et cardiaque de 40 garçons atteints de dystrophie musculaire de Duchenne âgés de 3 à 7 ans. Les résultats de cet essai sont en cours d’analyse.

Études observationnelles

Les études observationnelles permettent de mieux connaître l'histoire naturelle de la maladie et d’avoir des données sur lesquelles s’appuyer pour de futurs essais cliniques.

  • L’étude histoire naturelle de la DMD

Cette étude internationale d’histoire naturelle soutenue par l'AFM-Téléthon, a pour but de mieux comprendre le mode de progression de la maladie, en particulier en ce qui concerne l’évolution de la capacité à la marche, grâce à un suivi sur 5 ans. En savoir plus.

Cette étude soutenue par l'AFM-Téléthon, a pour but de suivre l’évolution clinique de la maladie et de mesurer certains paramètres comme la force des membres supérieurs et de recueillir des données biologiques, chez des garçons âgés de 6 à 15 ans, non ambulants, atteints de DMD et pouvant potentiellement être traités par le saut d’exon ciblant l’exon 53. Cette étude est préalable à l’essai clinique évaluant l’AAV-U7, un oligonucléotide antisens capable d’induire le saut de l’exon 53 du gène DMD et contrôlé par un petit gène appelé U7.

  • L'étude IBISD

L'étude IBISD est une étude soutenue par l'AFM-Téléthon, a pour but de suivre les marqueurs biologiques (biomarqueurs) liés à la maladie et à son évolution. Cette étude est terminée. Les résultats sont en cours d’analyse.

  • Une étude prospective internationale

Cette étude l'évolution sur 3 ans de marqueurs biologiques et cliniques de la dystrophie musculaire de Duchenne, de la perte fonctionnelle et de la qualité de vie… de 250 personnes âgées de plus de 18 ans.

Cette Base de donnée soutenue par AFM-Téléthon, a pour objectif de recueillir, grâce à la contribution des généticiens moléculaires et des cliniciens, les données génétiques et cliniques des personnes présentant une mutation du gène codant la dystrophine.

Publié le : 06/09/2016

Des repères pour mieux gérer la maladie au quotidien

 

Les avancées de la recherche dans les maladies