Des experts vous soutiennent, répondent à vos questions et vous orientent.

Maladies neuromusculaires
01 69 47 11 78

Maladies rares
01 56 53 81 36
www.maladiesraresinfo.org

Maladies rares et médicaments orphelins www.orphanet.fr

Entraînement physique et myopathie facio-scapulo-humérale

Un essai soutenu par l'AFM-Téléthon

Évaluer les effets de l'auto-entraînement régulier à domicile dans la myopathie facio-scapulo-humérale.

La première partie de cet essai clinique, qui a démarré en octobre 2010, est contrôlée, randomisée et réalisée en ouvert. Elle est suivie de 24 mois d’auto-entrainement se déroulant toujours à domicile.
Les résultats de la première partie contrôlée sur 6 mois ont été publiés en août 2016. Ils montrent qu’un programme d’entrainement mixte sur 6 mois à raison de 3 séances hebdomadaires de 35 minutes d’exercice sur un vélo d’appartement est bien toléré et améliore la capacité maximum d’effort, ainsi que la force et le volume musculaires.
Les données de l’étude à long terme (2ème partie) sont en cours d’analyse.

Objectif de l'essai

L'objectif de cet essai, soutenu financièrement par l'AFM-Téléthon, est d'évaluer l'efficacité sur la fonction et la régénération musculaires de la pratique d'un entraînement physique à domicile, pendant 30 mois, chez des personnes atteintes de dystrophie musculaire facio-scapulo-humérale, âgées d’au moins 18 ans.

Qui est concerné ?

  • Des personnes atteintes de myopathie facio-scapulo-humérale (FSH) habitant en région Rhône-Alpes, âgées de 18 ans ou plus, capables de supporter un entraînement sur bicyclette ergométrique.
  • D'autres critères d'inclusion sont requis pour participer à cet essai. Seuls un entretien avec le médecin investigateur et/ou le bilan de la visite de sélection permettent de déterminer au cas par cas qui peut participer à l'essai.

Comment se déroule l'essai ?

  • Pour les 6 premiers mois, un tirage au sort (étude randomisée) a déterminé quel participant suit le programme d'entraînement (3 séances de 35 minutes par semaine à domicile) et qui ne le suit pas (groupe contrôle). Une biopsie musculaire a étéréalisée au début et à la fin de cette période pour observer les effets sur la régénération musculaire (1ère partie de l'essai).
  • Pour la 2ème partie de l’étude, tous les participants ont la possibilité de suivre le programme d'entraînement pendant 2 ans supplémentaires (auto-entraînement). Les participants de la 1ère phase n'ayant pas suivi l'entrainement (les "sujets contrôles") doivent effectuer 6 mois d’entraînement encadré avant de suivre le programme d'auto-entraînement de 2 ans.
  • Pour chaque participant, l'essai dure au maximum 30 ou 36 mois et comporte, outre les visites de pré-inclusion et d'inclusion, des évaluations toutes les 6 semaines pour la première partie puis tous les 6 mois ensuite.

En savoir plus sur les essais cliniques 

Où l'essai a-t-il lieu ?

  • C'est un essai qui se déroule en France en région Rhône-Alpes (Grenoble, St Étienne).
  • L'investigateur principal de l'essai est le Dr Léonard Féasson (Centre de références maladies neuromusculaires, CHU, St Étienne ).
  • Promoteur de l'essai : Centre Hospitalier Universitaire de Saint-Étienne

Où peut-on se renseigner sur cet essai ?

D'autres études cliniques en cours en France

Actuellement en France, se déroulent deux autres études cliniques dans la myopathie facio-scapulo-humérale :

  • l'Observatoire national français des patients atteints de dystrophie musculaire facio-scapulo-humérale (Observatoire DMFSH) est une base de données, soutenue financièrement par l'AFM-Téléthon, dont l'objectif est de rassembler des informations génétiques et cliniques d'un maximum de personnes atteintes de dystrophie musculaire facio-scapulo-humérale (FSH) dans le but d’améliorer les connaissances sur la FSH et d’accélérer la mise au point de médicaments.
  • un essai de phase Ib/II a pour objectif d'évaluer la tolérance et le devenir dans l’organisme de  différentes doses de l’ATYR1940 chez 44 personnes atteintes de myopathie facio-scapulo-humérale, âgées de 18 à 65 ans.
Publié le : 29/08/2016

Les avancées de la recherche dans les maladies

 

Des repères pour mieux gérer la maladie au quotidien