Des experts vous soutiennent, répondent à vos questions et vous orientent.

Maladies neuromusculaires
01 69 47 11 78

Maladies rares
01 56 53 81 36
www.maladiesraresinfo.org

Maladies rares et médicaments orphelins www.orphanet.fr

Maladie de Sanfilippo de type B : thérapie génique rAAV2/5-hNaGlu

Un essai soutenu par l'AFM-Téléthon

Évaluer l’innocuité et la tolérance d'une thérapie génique à l’aide d’un vecteur rAAV2/5-hNaGlu dans une maladie rare lysosomale, la maladie de Sanfilippo B

L’essai clinique est actuellement en cours, les inclusions se sont terminées en mai 2014.
Cet essai clinique, dont l’Institut Pasteur est le promoteur, prévoyait d’inclure 4 patients. Il a démarré en octobre 2013 par l’inclusion du premier patient. Le recrutement des trois autres patients s’est poursuivi en 2014. La phase initiale de l’essai sera terminée en mai 2015.
Une phase de suivi de 18 mois est prévue ensuite, celle-ci se terminera fin 2016.

Objectif de l'essai

L'objectif de cet essai de phase I/II, financé en partie par l'AFM-Téléthon, est d'évaluer sur deux ans et demi la tolérance et la sécurité d'utilisation de l’administration intracérébrale d’un vecteur AAV2/5, transportant le gène NaGlu, associée à une immunosuppression, chez 4 enfants atteints de maladie de Sanfilippo B, âgés de 18 mois à 4 ans révolus.
Le traitement est administré par le neurochirurgien Michel Zerah (Hôpital Necker, AP-HP) et consiste en une injection intracérébrale multisite d’un vecteur AAV2.5 NaGlu produit par la société UniQure. Les enfants sont suivis tout au long de l’étude par le Pr Marc Tardieu à l’Hôpital Bicêtre (AP-HP).

Préalable à cet essai

La maladie de Sanfilippo ou mucopolysaccharidose de type III est une maladie de surcharge lysosomale dans laquelle l'absence de dégradation des sucres complexes en molécules plus simples conduit à une accumulation toxique de mucopolysaccharides dans l’organisme, et notamment dans le système nerveux central.
Il existe 4 formes de mucopolysaccharidoses de type III (type A, B, C et D) dues à 4 défauts enzymatiques différents. C’est l’analyse biochimique qui permet de distinguer les quatre formes de la maladie.
A l’heure actuelle, il n’existe pas de traitement curatif de la maladie de Sanfilippo.

Des nombreuses années de recherche menées à l’Institut Pasteur par le Pr Jean-Michel Heard et financées par l’AFM-Téléthon ont permis de mettre au point un médicament de thérapie innovante, un vecteur AAV2/5 codant l’enzyme déficiente chez les patients atteints de la maladie de Sanfilippo B, la NaGlu (alpha-N-acétylglucosaminidase).

La désignation de médicament orphelin a été obtenue en septembre 2011 pour le sous-type B de la maladie.
Après avoir démontré l’efficacité du traitement et son absence de toxicité dans des études pré-cliniques, l’Institut Pasteur a obtenu en septembre 2013 l’autorisation de l’Agence Nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour démarrer l’essai clinique.

Qui est concerné ?

  • Des enfants atteints de maladie de Sanfilippo de type B ou mucopolysaccharidose de type IIIB, âgés de 18 mois à 4 ans révolus, dont l’activité de l’enzyme NaGlu est inférieure à 10%.
  • D'autres critères d'inclusion  étaient également requis pour participer à cet essai.

Où l'essai a-t-il lieu ?

  • C'est un essai monocentrique qui se déroule au Kremlin-Bicêtre (AP-HP).
  • L'investigateur principal de l'essai est le Pr Marc Tardieu, Service de neurologie pédiatrique, Hôpitaux Universitaires Paris-Sud, Le Kremlin-Bicêtre.
  • Promoteur de l'essai : Institut Pasteur, Paris.
Publié le : 01/12/2014