Faîtes un don en ligne
Ligne directe donateurs : 0825 07 90 95 (0,15€ TTC/min + prix d’un appel local)

Faites un don au 3637

Cellules souches embryonnaires

Thérapie cellulaire et cellules souches embryonnaires
Face aux interrogations sur la recherche à partir de cellules souches embryonnaires, l’AFM-Téléthon rappelle son respect de la législation en vigueur.
 recherche, cellules souches embryonnaires, laïcité, thérapies géniques, traitement, guérison, maladies rares

Les recherches sur les cellules souches embryonnaires ont parfois suscité des interrogations au sein de l’Eglise catholique. Consciente de ces questions, l’AFM-Téléthon a toujours joué la carte de la transparence et du dialogue respectueux en rappelant son caractère laïc et son respect de la législation en vigueur.

L’AFM-Téléthon soutient le développement de toutes les pistes thérapeutiques qui pourraient permettre de guérir des maladies rares encore incurables. L’une de ces voies – la thérapie cellulaire- peut utiliser des lignées de cellules souches embryonnaires (cellules entre 5 à 7 jours après la conception). Il s’agit de recherches menées à partir de cellules embryonnaires ne faisant plus l’objet d’un projet parental et dont les parents ont souhaité en faire don à la recherche.

Cellules souches embryonnaires : les recherches du Téléthon encadrées

Ces programmes se déroulent dans le cadre législatif et éthique en vigueur, sous le contrôle strict de l’agence de la biomédecine. 

Les recherches sur les cellules souches offrent des pistes prometteuses parmi d’autres que l’AFM-Téléthon ne peut pas négliger. L’AFM Téléthon est une association qui rassemble des malades et leurs proches, qui œuvrent tous ensemble à l’émergence de nouveaux traitements. 

Les résultats sont là : de nouvelles thérapies sont aujourd’hui à portée de vue tandis que l’urgence demeure pour les familles de malades. Ces recherches ont déjà obtenu des premiers résultats intéressants comme la reconstitution d’un épiderme à partir de cellules souches embryonnaires, une avancée qui ouvre des perspectives pour traiter un jour des maladies génétiques affectant la peau ou les ulcérations liées au diabète, par exemple. 

Les travaux menés par les équipes d’I-Stem, le laboratoire cofondé et cofinancé par le Téléthon, ouvrent aussi des perspectives de traitements pour les maladies dégénératives du cerveau ou les maladies de la vision.

Un premier essai thérapeutique utilisant ces cellules souches a démarré en 2014 : il concerne les victimes d’infarctus du myocarde et deux essais  sont en préparation : l’autre concerne les ulcères liés à la drépanocytose (maladie du sang) et l’autre une maladie rare de la vision. 

Deux essais thérapeutiques utilisant ces cellules souches sont en préparation et devraient démarrer en 2013 : l’un concerne les victimes d’infarctus du myocarde, l’autre concerne les ulcères liés à la drépanocytose (maladie du sang).

Un seul objectif : aboutir à des traitements pour les malades

D’autres voies de traitements comme les thérapies géniques ou la pharmacologie classique sont également soutenues par l’AFM-Téléthon. Quelles que soient les pistes d’investigation, l’Association veille scrupuleusement à ce que chaque euro dépensé en matière de recherche médicale soit affecté aux programmes les plus prometteurs et les plus susceptibles d’aboutir à des traitements pour les malades.

« Je travaille à I-Stem depuis plus de neuf ans et avec les années passées à explorer des axes thérapeutiques pour le traitement de maladies rares, le combat de l’AFM-Téléthon est devenu le mien. Mon raisonnement est simple : si ces enfants ont la force de combattre leur maladie, je me dois d’avoir la force de chercher un moyen de les aider. » Dr Xavier Nissan, Directeur du programme de recherche sur la Progeria au laboratoire I-Stem.

Publié le : 01/09/2013