Faîtes un don en ligne
Ligne directe donateurs : 0825 07 90 95 (0,15€ TTC/min + prix d’un appel local)

Faites un don au 3637

Téléthon et Sidaction

Téléthon et Sidaction, un même objectif : vaincre la maladie
L'opposition entre maladies n’a pas de sens, tant les coopérations entre associations de malades et chercheurs sont fructueuses sur le plan de la recherche
coopération associations de malades, Généthon, vaccin, HIV, école du don pour toutes les causes, recherche et avancées contre le Sida.

S comme Sida : dans quelques commentaires publiés par les internautes, certains opposent parfois les dons accordés à la lutte contre les maladies rares à ceux destinés à la lutte contre d’autres maladies. L’AFM-Téléthon tient à souligner que cette opposition n’a pas de sens, tant les coopérations entre associations de malades et chercheurs sont fructueuses sur le plan de la recherche médicale. 

La recherche scientifique ne connaît pas les cloisons que certains tentent de dresser entre les malades. À titre d’exemple, les recherches contre les maladies rares ont permis plusieurs avancées dans la recherche contre le Sida :

  • Généthon, le laboratoire du Téléthon, a été sollicité pour l'élaboration d'un vaccin antisida. Les équipes du Généthon ont travaillé sur la conception d’un virus HIV dont les gènes qui lui permettent de se multiplier ont été neutralisés. Ce vecteur pourrait servir de base un jour à l’élaboration d’un vaccin antisida (collaboration Theravectys).
  • La trithérapie ou les chimiothérapies provoquent des effets secondaires qui se caractérisent par un vieillissement accéléré de l’organisme. Dans le cadre de travaux sur une maladie rare du vieillissement accéléré (la progéria), une équipe marseillaise (Nicolas Lévy, Pierre Cau) financée par le Téléthon, a testé un traitement qui permettrait de neutraliser l’action de la « progérine » - dont l’accumulation dans les cellules est à l’origine d’un vieillissement anormal.

Le Sidaction finance les nouveaux travaux de cette équipe pour vérifier si les patients du Sida subissent une accumulation anormale de progérine. Le traitement actuellement à l’essai pour les malades de la progeria pourrait alors être proposé aux malades atteints du HIV.

  • En cherchant à lutter contre la « fonte musculaire » provoquée par trois maladies rares - Becker, FSH et la myopathie des ceintures – le laboratoire Wyeth tente de bloquer l’hormone à l’origine de cette fonte musculaire : la myostatine. Après avoir validé cette stratégie dans un protocole qui concernait les maladies rares, le traitement est à présent appliqué à des malades en phase terminale et atteints de cancer ou du Sida.

Ces avancées communes prouvent qu’opposer les dons destinés à la recherche contre les maladies rares et les dons accordés à la lutte contre le Sida est un non-sens !

Le Téléthon : une école du don pour toutes les causes

Cette logique de division serait d’autant plus stérile qu’elle ignore le sens de l’élan de générosité porté par les Français. En 2010, ce sont un million de donateurs qui ont accordé leur confiance au Téléthon.

« Il faut se rendre compte que le Téléthon est une école du don : c’est par le Téléthon que beaucoup de Français, notamment parmi les plus jeunes, donnent pour la première fois », estime Jacques Malet, le Président de Recherches et Solidarités, qui étudie depuis 14 ans les ressorts de la Générosité des Français.

Pour le chercheur, « les opérations les plus médiatisées n’assèchent pas la collecte des autres mais permettent de sensibiliser les citoyens à la notion de solidarité ».

Rappelons aussi que du point de vue des donateurs, opposer recherche contre les maladies rares et recherche contre le Sida n’a pas de sens : 60 % des donateurs donnent à plus d’une association.

Publié le : 01/09/2013