Faîtes un don en ligne
Ligne directe donateurs : 0825 07 90 95 (0,15€ TTC/min + prix d’un appel local)

Loi du 11 février 2005 : « 15 ans après, promesses tenues ? » 

bandeau macaron loi 2005

#7

Un plein exercice de sa citoyenneté, les promesses de 2005

 

 

Article 2

 « […], le service public de l’éducation assure une formation scolaire, professionnelle ou supérieure aux enfants, aux adolescents et aux adultes présentant un handicap ou un trouble de la santé invalidant. L’État met en place les moyens financiers et humains nécessaires à la scolarisation en milieu ordinaire des enfants, adolescents ou adultes handicapés.»

« Constitue un handicap, (…) toute limitation d'activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d'une altération substantielle, durable ou définitive d'une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d'un polyhandicap ou d'un trouble de santé invalidant. » 

« Toute personne handicapée a droit à la solidarité de l'ensemble de la collectivité nationale, qui lui garantit, en vertu de cette obligation, l'accès aux droits fondamentaux reconnus à tous les citoyens ainsi que le plein exercice de sa citoyenneté »

Les témoignages

 

 

Djamel, 39 ans, candidat sur une liste non étiquetée aux élections municipales 2020

« J"assume pleinement mon handicap et je veux jouer un rôle à part entière dans la société. »

Loi 2005 Djamel

« Déjà investi dans différents événements culturels et associations sociales localement, et membre du Conseil de développement de mon Agglo, si je me présente aux municipales 2020, c’est d’abord et avant tout parce que j’ai envie de m’engager pour ma ville et ses habitants. C’est aussi parce que je crois que ma différence, mon regard en tant que personne à mobilité réduite sont un plus. Je souhaite représenter les personnes en situation de handicap, veiller à ce que nos problématiques et nos droits soient bien pris en compte dans toutes les politiques de la ville, comme pour tous les autres citoyens. »

 

Philippe, alias Philousports, 48 ans, influenceur

« Mon but principal, c'est de changer les regards»

Loi 2005 Philousport

« Engoncé dans l’armure de plomb qu’est mon corps, ma liberté c’est mon esprit. L’humour et la dérision sont mes deux armes. Sans eux, mon handicap aurait gagné. Là, je les utilise pour en rire et pour essayer de changer les regards. Ils sont un incroyable porte-voix. En 5 ans, sur les réseaux sociaux, j’ai réussi à me faire un(petit) nom : Philousports. Et sur Twitter je suis suivi par plus de 230 000 abonnés. Difficile d’imaginer que tant de changements considérables dans ma vie ont eu lieu grâce à la magie d’un réseau social braillard, imparfait, mais qui a au moins le mérite de créer un lien incroyable entre des millions de personnes. »

 

Découvrir l'ensemble des thématiques et témoignages

 

Promesses tenues ? 

 La lutte contre les « restrictions de participation à la vie en société » a amélioré la participation à la vie sociale. De nombreuses personnes en situation de handicap s’investissent dans la vie associative, sur le web et les réseaux sociaux, pratiquent des activités sportives adaptées, participent aux activités culturelles et sociales… Comme tous les autres citoyens… ou « presque » ! 

La lutte contre les « restrictions de participation à la vie en société » a amélioré la participation à la vie sociale. De nombreuses personnes en situation de handicap s’investissent dans la vie associative, sur le web et les réseaux sociaux, pratiquent des activités sportives adaptées, participent aux activités culturelles et sociales… Comme tous les autres citoyens… ou « presque » ! 

Même lorsque c’est possible, tout reste compliqué. Pour exercer une citoyenneté qui pourtant est garantie par la Loi, les personnes et les familles s’épuisent dans d’interminables parcours du combattant.