Faîtes un don en ligne
Ligne directe donateurs : 0825 07 90 95 (0,15€ TTC/min + prix d’un appel local)

 

Loi du 11 février 2005 : « 15 ans après, promesses tenues ? » 

bandeau macaron loi 2005

#6

Parents à part entière : les promesses de 2005

 

 

 

 

Article 2

 « […], le service public de l’éducation assure une formation scolaire, professionnelle ou supérieure aux enfants, aux adolescents et aux adultes présentant un handicap ou un trouble de la santé invalidant. L’État met en place les moyens financiers et humains nécessaires à la scolarisation en milieu ordinaire des enfants, adolescents ou adultes handicapés.»

« L'État est garant de l'égalité de traitement des personnes handicapées sur l'ensemble du territoire (…)  A cette fin, l'action poursuivie vise à assurer l'accès de l'enfant, de l'adolescent ou de l'adulte handicapé aux institutions ouvertes à l'ensemble de la population et son maintien dans un cadre ordinaire de scolarité, de travail et de vie. Elle garantit l'accompagnement et le soutien des familles et des proches des personnes handicapées. »

Les témoignages

 

 

Yann, 50 ans, père de 2 enfants

 « Je me sens père à part entière et je ne vois pas au nom de quoi on me dénierait cette aptitude ! »

« J’ai deux enfants : Clément, 16 ans, et Anaïs, bientôt 8 ans. Le problème de fond concernant l’accès à la parentalité des personnes en situation de handicap, c’est la représentation que s’en fait la société : nous ne serions pas aptes à être pleinement parents… La société ne s’interroge jamais sur le libre accès de tout un chacun à la parentalité, alors pourquoi le faire pour les personnes en situation de handicap ? Personnellement, je me sens père à part entière et je ne vois pas au nom de quoi on me dénierait cette aptitude ! »

 

Aurore, 37 ans, maman de quatre enfants 

« Il suffirait de peu pour qu'on soit des mamans vraiment comme les autres !  »

Loi 2005 Aurore

« J’ai quatre enfants de 18, 15, 12 et 5 ans. Pour le dernier-né, ça a été le plus compliqué, car la maladie avait évolué. N’ayant pas droit à une aide humaine pour m’en occuper, il me fallait du matériel adapté pour me débrouiller seule quand mon mari travaillait. Or il n’en existe quasiment pas : on a dû tout inventer — un berceau, une chaise haute, un parc, un harnais pour mettre le bébé sur mes genoux… Il suffirait de peu pour qu’on soit des mamans vraiment comme les autres : disposer de matériel adéquat et d’aides humaines financées ! » 

 

Découvrir l'ensemble des thématiques et témoignages

 

 Promesses tenues ?

 

 

Grâce à la loi de 2005, de plus en plus de personnes en situation de handicap, même fortement dépendantes, mènent une vie quotidienne conforme à leurs projets de vie Mais la possibilité d’une parentalité pleine et entière n’est toujours pas reconnue comme un élément essentiel de l’épanouissement. Être parent peut nécessiter la mise en place de dispositifs de compensation qui ne sont pas financés actuellement, alors que c’est le cas pour l’aménagement du véhicule ou du logement ! Il est urgent de changer le regard de la société et d’adapter les prestations existantes pour accompagner la parentalité.

 

 Qu'est ce que la loi de 2005 a changé dans votre quotidien ? Quels points faut-il encore améliorer selon vous ? Partagez votre expérience dans les commentaires de cette publication.