Faîtes un don en ligne
Ligne directe donateurs : 0825 07 90 95 (0,15€ TTC/min + prix d’un appel local)
Publié le : 25/03/2021

LGMD R4 : une thérapie génique prometteuse

Des résultats préliminaires de l’essai de thérapie génique par le SRP-9003 montre à deux ans de l’administration une bonne tolérance et des signes d’efficacité.

À l’occasion de la conférence annuelle de la Muscular Dystrophy Association (MDA), l’association américaine consacrée aux dystrophies musculaires, Sarepta Therapeutics a annoncé des résultats préliminaires très encourageants de son programme de thérapie génique dans la myopathie des ceintures (LGMD) R4 liée au β-sarcoglycane (ex-LGMD2E).

Cet essai en ouvert a pour but d’évaluer sur 3 ans la bonne tolérance du SRP-9003, un produit de thérapie génique apportant le gène SGCB qui code la protéine β-sarcoglycane.
Le SRP-9003 a ainsi été administré pour la première fois chez l’homme en une perfusion unique intraveineuse à une première dose chez 3 participants (cohorte 1). Puis, après un an de bonne tolérance de cette première dose dans la cohorte 1, il a été administré à une dose 4 fois plus importante chez trois autres enfants (cohorte 2).
Afin de limiter une éventuelle réaction immunitaire, les participants ont aussi reçu des corticoïdes la veille de la perfusion puis pendant un mois, avec, au cours du mois qui a suivi, une diminution de dose progressive jusqu’à l’arrêt.

Une bonne tolérance…

  • Après 2 ans de suivi pour la première cohorte et un an pour la deuxième, la bonne tolérance initiale du candidat-médicament se confirme aux deux doses, sans effet secondaire important.


…et une amélioration encourageante

  • Une biopsie musculaire réalisée 2 mois après l’administration du SRP-9003 a montré une expression du β-sarcoglycane de plus de 50% de la normale pour la faible dose à deux ans, allant jusqu’à plus de 70% pour la plus forte dose. Cette augmentation de l’expression du β-sarcoglycane s’accompagne dans la deuxième cohorte d’une quasi normalisation de la quantité de δ- et de γ-sarcoglycanes dans au moins 60% des fibres musculaires, suggérant une reconstitution du complexe associé à la dystrophine, complexe indispensable au maintien de l’intégrité de la membrane des fibres musculaires.
  • Même si les scores d’une échelle fonctionnelle de mesure de la fonction motrice, la NSAD (North Star Assessment for Dysferlinopathies), semblent se stabiliser après plusieurs mois d’amélioration, les tests chronométrés comme se relever du sol, monter 4 marches, marcher 10 mètres, marcher 100 mètres, continuent de s’améliorer dans les deux cohortes.


Source
Sarepta Therapeutics’ Investigational Gene Therapy SRP-9003 for the Treatment of Limb-Girdle Muscular Dystrophy Type 2E Shows Sustained Expression and Functional Improvements 2 Years After Administration
Sarepta, Communiqué de presse, 18 mars 2021

Rechercher une actu
Recherchez une actualité
Par ex., 22/04/2021
Filtrer par date