Faîtes un don en ligne
Ligne directe donateurs : 0825 07 90 95 (0,15€ TTC/min + prix d’un appel local)
Publié le : 03/09/2020

Myasthénie : un nouveau biomarqueur ?

Le dosage sanguin des chaines légères d’immunoglobulines pourrait aider au diagnostic dans la myasthénie auto-immune sans auto-anticorps anti-RACh ni anti-MuSK.

Les chercheurs ont identifié plusieurs auto-anticorps spécifiques de la myasthénie auto-immune. Les anti-RACh et les anti-MuSK sont aujourd’hui recherchés en routine par la majorité des laboratoires d’analyse. Lorsque ces deux auto-anticorps sont absents, on parle de myasthénie « double séronégative » et poser avec certitude le diagnostic peut s’avérer difficile.

Une aide pour les cas complexes

Les anticorps sont des immunoglobulines, lesquelles se constituent de deux chaines lourdes, et de deux chaines légères kappa ou lambda. Une étude menée auprès de 73 personnes atteintes de myasthénie auto-immune (dont 20 doubles séronégatives) et de 49 personnes indemnes de cette maladie a mesuré dans le sang le taux des chaines légères circulantes des immunoglobulines. Il s’est avéré plus élevé chez les personnes atteintes de myasthénie (y compris double séronégative et en cas d’atteinte oculaire isolée) que chez les personnes contrôles.
Une augmentation des chaines légères libres kappa se produit aussi dans d’autres maladies, notamment auto-immunes. Elle ne suffirait donc pas pour poser le diagnostic de myasthénie de façon certaine, mais pourrait apporter un argument en faveur de ce diagnostic en présence de manifestations cliniques évocatrices lorsque la recherche d’auto-anticorps anti-RACh et anti-MusK revient négative.

Source
High κ free light chain is a potential biomarker for double seronegative and ocular myasthenia gravis.
Wilf-Yarkoni A, Alkalay Y, Brenner T, Karni A.
Neurol Neuroimmunol Neuroinflamm. 2020;7(5):e831. Published 2020 Jul 14.

Rechercher une actu
Recherchez une actualité
Par ex., 01/11/2020
Filtrer par date