Faîtes un don en ligne
Ligne directe donateurs : 0825 07 90 95 (0,15€ TTC/min + prix d’un appel local)
Publié le : 09/04/2019

De nouveaux essais dans la maladie de Pompe

Des progrès réalisés dans le développement de nouveaux candidats-médicaments ont été annoncés lors de la 9ème journée française Maladie de Pompe

La neuvième Journée française sur la maladie de Pompe s’est tenue le 20 Mars 2019 à l'Institut de myologie (Paris). Cet événement récurrent permet de présenter l’actualité scientifique et thérapeutique dans la maladie de Pompe aux professionnels impliqués dans la prise en charge de cette pathologie. Ces journées consacrées à la maladie de Pompe sont régulièrement organisées depuis 2006, année de la commercialisation du premier traitement dans la forme infantile de la maladie de Pompe, le Myozyme® ou alglucosidase alfa (enzymothérapie de substitution).

Cette année, l’arrivée de nouveaux essais cliniques a été mise en avant, marquant une progression de la recherche sur les glycogénoses musculaires. Plusieurs nouveaux candidats médicaments, enzymothérapie de nouvelle génération et produits de thérapie génique, sont en développement

Deux enzymothérapies de nouvelle génération

L’enzymothérapie de nouvelle génération a pour objectifs d’améliorer l’efficacité du traitement et de diminuer les réactions contre celui-ci, susceptibles de diminuer l’efficacité du traitement, voire de nécessiter son arrêt complet en cas de réaction allergique sévère.

NéoGAA

NéoGAA ou l’alpha avalglucosidase (ou avalglucosidase alfa en anglais) est développée par le laboratoire Sanofi Genzyme, déjà à l'origine du Myozyme. Trois essais évaluent ou ont évalué l’efficacité de ce candidat médicament :

  • L’essai NEO1 a évalué néoGAA chez 24 personnes atteintes de la forme adulte de la maladie de Pompe, pendant 6 mois. Les résultats de cet essai viennent d’être publiés (décembre 2018). Ils montrent que le traitement a été bien toléré.
  • L’essai COMET évalue néoGAA chez 96 personnes atteintes de la forme adulte de la maladie. Le recrutement devrait être terminé en mars 2019 (il pourrait y avoir jusqu’à 12 participants suivis en France). La première partie de l’essai durant laquelle les participants reçoivent soit le Myozyme, soit néoGAA (phase en double-aveugle) est prévue jusqu’en mars 2020. Des premiers résultats préliminaires pourraient être annoncés pour la fin de l’année 2020.
  • L’essai mini-COMET évalue néoGAA chez 20 enfants ou adolescents atteints de la forme infantile, dont 4 suivis en France. Des résultats préliminaires chez les premiers patients traités pendant 6 mois ont été présentés lors de cette journée. Ils ont confirmé que la  tolérance du traitement est satisfaisante.

L’ATB200, associée à la molécule chaperonne miglustat (AT2221)

L’ATB200 et l’AT2221 sont deux molécules développées par Amicus therapeutics. Comme néoGAA, l’ATB200 est une enzymothérapie de nouvelle génération, plus efficace pour pénétrer dans les cellules musculaires des malades. Son association avec le miglustat (AT2221) stabiliserait l’ATB200 dans le sang, permettant une meilleure efficacité du traitement.

Les résultats préliminaires sur les premiers patients traités lors d’un essai de phase 2 (encore en cours de recrutement) sont encourageants et incitent à continuer le développement de ce traitement potentiel.

Un essai de phase III est en train d’être mis en place dans plus de 80 centres dans le monde, dont 5 en France. Il a pour but d’évaluer l’efficacité de l’association ATB200/AT2221 chez 100 à 110 participants pendant plus d’un an (52 semaines).

La thérapie génique

Généthon travaille en collaboration avec Spark Therapeutics pour mettre au point une approche de thérapie génique dans la forme adulte de la maladie de Pompe. Celle-ci consiste à introduire une version modifiée du gène de la GAA dans les cellules du foie, pour leur faire produire et libérer dans la circulation sanguine une forme stable de cette enzyme (« GAA sécrétable »), afin qu’elle puisse ensuite gagner les cellules musculaires.
Fort des résultats obtenus chez l’animal, Spark Therapeutics souhaite demander l’autorisation de mettre en place un essai clinique aux autorités sanitaires américaines et européennes. 

Rechercher une actu
Recherchez une actualité
Par ex., 23/04/2019
Filtrer par date