Faites un don
C'est ce que vous coûtera ce don après les 66% de réduction d'impôts

Ligne directe donateurs : 0825 07 90 95 (0,15€ TTC/min + prix d’un appel local)

Myopathie de Duchenne : essai du riméporide

Publié le 18/08/2019

Cet essai de phase Ib en ouvert évalue le tolérance et et l'inocuité du riméporide chez des enfants âgés de 6 à 14 ans atteints de dystrophie musculaire de Duchenne. Cet essai est terminé.

L'essai

Cet essai international du riméporide de phase Ib en ouvert s'est déroulé de mars 2016 à février 2018. Il est maintenant terminé. Les résultats sont publiés.

Préalable

Dans la myopathie de Duchenne, on observe une accumulation de calcium et de sodium dans les fibres musculaires et cardiaques. Le riméporide est un inhibiteur sélectif du transporteur sodium/proton NHE-1, initialement développé dans l’insuffisance cardiaque chronique.

Dans des modèles animaux de dystrophie musculaire, le riméporide a montré des effets bénéfiques encourageants cardioprotecteurs, anti-fibrotiques et anti-inflammatoires. Chez des adultes volontaires sains, plusieurs études ont montré qu’un traitement oral par riméporide était bien toléré.

Résultats de l’essai

Cet essai avait pour but d'évaluer, durant 4 semaines, la tolérance, l’innocuité et le devenir dans l’organisme au cours du temps (pharmacocinétique) de doses croissantes de riméporide, chez 20 patients atteints de dystrophie musculaire de Duchenne âgées de 6 à 14 ans, capables de marcher au moins 75m. Les participants recevaient un traitement corticoïde stable depuis au moins 6 mois avant la 1ère prise de riméporide. L'objectif secondaire de l'essai était de suivre les biomarqueurs de la maladie après 4 semaines de traitement.

Les résultats de l'essai ont été publiés en septembre 2020 dans la revue Pharmacological Research.
Ils montrent que après 4 semaines de traitement :

  • le riméporide est sans danger et bien toléré ;
  • il est bien absorbé par l’organisme quelles que soient les doses orales administrées, avec une pénétration dose-dépendante ;
  • une analyse de certains biomarqueurs montre le potentiel thérapeutique du riméporide, d’abord comme cardioprotecteur.

Douze protéines, dont le taux a diminué sous l’action du riméporide ont été identifiées, dont IGFBP1. Sa réduction pourrait être liée à une amélioration de la fonction musculaire et cardiaque, comme différents arguments le suggèrent chez l’homme et la souris, dans différentes situations pathologiques. Une diminution de l’IGFBP1 parait précéder l’amélioration cardiaque chez les patients DMD.

Ces biomarqueurs pourront être utilisés pour suivre l’efficacité du riméporide de manière non invasive.

Comment s'est déroulé l’essai ?

Cet essai d’escalade de dose en ouvert d'une durée de 15 mois au total a évalué successivement 4 doses de riméporide, entre 50 mg et 300 mg, durant 4 semaines de traitement, au travers de 4 groupes de 5 participants. La dose quotidienne de riméporide a été administrée en 3 prises orales. Un comité scientifique a donné son accord pour évaluer la dose suivante au vu des résultats d’innocuité de la dose précédente. La partie clinique pour chaque participant dure 10 semaines avec 6 visites à l’hôpital.

Où a eu lieu l'essai ?

Cet essai international multicentrique s'est déroulé en France, Italie, Angleterre, et Espagne.

En France, il y avait un seul centre investigateur :

  • l’Institut I-Motion à l’hôpital Trousseau. Contact : Unité Essais cliniques pédiatriques - Institut I-Motion : + 33 (0)1 71 73 80 42

Qui était promoteur de l'essai ?

La Fondation Esperare est promoteur de cet essai.

Où peut-on se renseigner sur cet essai ?