Faites un don
C'est ce que vous coûtera ce don après les 66% de réduction d'impôts

Ligne directe donateurs : 0825 07 90 95 (0,15€ TTC/min + prix d’un appel local)

Myopathie de Duchenne : essai DYSTANCE-51

Publié le 16/06/2022

Cet essai de phase II/III, évaluant la tolérance et l’efficacité du WVE-210201 ou suvodirsen, a été arrêté, comme l'ensemble du programme de développement de l'oligonucléotide antisens WVE-210201 ciblant l’exon 51 du gène DMD.

L'arrêt du programme de développement de l'oligonucléotide antisens WVE-210201 ciblant l’exon 51 du gène DMD (suvodirsen), a été annoncé le 16 décembre 2019 par un communiqué de presse du laboratoire Wave Life Science. Les résultats préliminaires d'efficacité de l'essai de phase I préalable n'ont pas été probant, d'où l'arrêt du programme.
Il n'y a plus aucun essai en cours concernant cette molécule.

Objectif de l’essai avant son arrêt

L’essai DYSTANCE-51 était un essai international multicentrique de phase II/III en double aveugle contre placebo qui évaluait sur un an l’efficacité et l’innocuité de deux doses intraveineuses de l’oligonucéotide antisens WVE-210201 (suvodirsen), chez 150 garçons atteints de dystrophie musculaire de Duchenne, âgés de 5 à 12 ans, encore marchant et susceptibles de répondre au saut de l’exon 51 du gène DMD.

Préalable

Le WVE-210201 est un oligonucléotide anti-sens, développé par la société américaine Wave Life Sciences Ltd, capable d’induire le saut de l’exon 51 du gène DMD codant la dystrophine, permettant la fabrication d’une dystrophine raccourcie.
Son évaluation dans un essai de phase I a montré qu’il était bien toléré, chez des garçons atteints de DMD âgés de 5 à 18 ans.

Qui était concerné ?

  • Les garçons atteints de dystrophie musculaire de Duchenne, âgés de 5 à 12 ans inclus, marchant, dont le gène DMD porte une anomalie pouvant répondre au saut de l’exon 51. Au total,150 participants doivent être recrutés, tous centres investigateurs confondus.
  • Les participants ayant reçu de l’eteplirsen (SRP-4658) ou de l’ataluren (PTC 124) dans un essai précédent, doivent attendre au minimum 14 semaines pour pouvoir prétendre à la participation à l’essai, s’ils répondent aux autres critères requis.
  • Les garçons précedemment traités avec un oligonucléotide antisens ciblant l’exon 51, comme le drisapersen (PRO051 – BMN051), ne peuvent pas participer à l’essai.

Comment s'est déroulé l’essai ?

Il s’agit d’un essai de phase II/III permettant d’évaluer 2 doses de WVE-210201.

Un groupe de 75 garçons participe à l’évaluation de la dose A (3 mg/kg) et un second groupe de 75 garçons participe à celle de la dose B (4,5 mg/kg). Dans chaque groupe, 50 participants reçoivent le produit et 25 reçoivent le placebo à la même dose. Personne ne sait qui reçoit quoi, ni les personnels médicaux, ni les participants. Le produit (le WVE-210201-suvodirsen ou le placebo) est administré par perfusion intraveineuse, une fois par semaine, pendant 1 an.

Les participants se rendent à l’hôpital pour recevoir le produit. La perfusion dure 3 heures ; elle est suivie d’une surveillance d’une heure.

L’essai comporte un suivi médical étroit. Lors des visites au centre investigateur (tous les 3 mois environ) dont certaines coincident avec des visites d'administration du produit, des examens sont réalisés :

  • examen clinique ;
  • mesures biologiques sur des échantillons de sang et d’urine ;
  • évaluation de la fonction motrice : marcher durant 6 minutes pour évaluer la longeur parcourue (test de 6 minutes de marche), monter 4 marches, mesurer la force des bras grâce à un appareil ;
  • mesure de  la capacité respiratoire.

Le taux de la protéine dystrophine est mesuré sur des échantillons de muscle prélevés par biopsie musculaire au début de l’essai et entre la 12ème et la 46ème semaine.

Durant l'essai, les effets indésirables doivent être signalés au médecin investigateur ; ils sont répertoriés (fièvre, vomissements, douleurs…).

En savoir plus : les essais cliniques en pratique 

Où l’essai a-t-il eu lieu ?

Cet essai international multicentrique se déroule en France, en Belgique, au Royaume-Uni, en Italie, en République Tchèque, en Suède, au Canada et aux Etats-Unis.

En France, l'essai se déroule dans trois centres investigateurs :

  • Paris : Institut I-Motion - hôpital Trousseau – Dr. Odile Boesphflug-Tanguy - Secrétariat (Kadhija Boukouti) : +33 (0)1 44 73 65 44 – k.boukouti@institut-myologie.com
  • Strasbourg : Hôpital Hautepierre – Hôpital des enfants - Centre de Référence des Myopathies et des Maladies Neuromusculaires – Pr. Vincent Laugel – Secrétariat : 03 88 12 84 98
  • Toulouse : Hôpital de jour - Hôpital des enfants - Centre de référence des maladies neuromusculaires Dr. Claude Cances – Secrétariat : 05 34 55 74 08

Qui était le promoteur de l’essai ?

Où se renseigner sur l’essai ?