Faîtes un don en ligne
Ligne directe donateurs : 0825 07 90 95 (0,15€ TTC/min + prix d’un appel local)

Traitements

Les médicaments en développement ou mis sur le marché avec le soutien de l’AFM-Téléthon
Ces médicaments concernent des maladies neurologiques, neuromusculaires, du foie, du sang, de la vue, de la peau, du système immunitaire.

L’AFM-Téléthon a soutenu et soutient le développement (essais cliniques en cours ou en préparation) de plus d'une quarantaine de médicaments dans les domaines de la thérapie génique, de la thérapie cellulaire et de la pharmacologie. Près de la moitié d’entre eux concernent des maladies neuromusculaires, les autres concernent d’autres maladies rares.
Certains sont déjà disponibles pour les malades, d’autres sont en cours de développement.

Voir le Tableau des médicaments développés avec le soutien l'AFM-Téléthon

Des médicaments déjà disponibles

  • Cuprior® (tétrachlorhydrate de trientine), un chélateur du cuivre pour la maladie de Wilson.
  • Firdapse® (3,4-diaminopyridine) pour le syndrome de Lambert-Eaton.
  • Lumevoq® (thérapie génique) pour la neuropathie optique héréditaire de Leber.
  • Namuscla® (méxilétine) pour les syndromes myotoniques (dystrophiques et non dystrophiques).
  • Metformine (N,N-diméthyl-biguanide) pour la dystrophie myotonique de Steinert. En savoir plus.
  • Strimvelis® (thérapie génique des cellules souches de la moelle osseuse) pour le déficit immunitaire combiné sévère lié à l’X.
  • Zynteglo® (thérapie génique des cellules souches de la moelle osseuse) pour la β-thalassémie.
  • Zolgensma® (onasemnogene abeparvovec : premier traitement de thérapie génique, issu, en partie, de recherches menées à Généthon) pour l’amyotrophie spinale proximale liée à SMN1. En savoir plus.

D’autres en développement

En 2021, l’AFM-Téléthon soutient 40 essais en cours ou en préparation dans 31 maladies rares.

Maladie autoimmune rare

  • Lupus érythémateux disséminé. Un essai de phase I/II par cellules souches mésenchymateuses allogéniques pour des personnes atteintes de lupus érythémateux disséminé avec atteinte rénale réfractaire aux traitements habituels est en cours. En savoir plus.

Maladies rares du cerveau et du système nerveux

  • Maladie de Sanfilippo. Un essai clinique de thérapie génique évalue la tolérance et la sécurité de l’administration intracérébrale d’un vecteur AAV2/5, transportant le gène NaGlu, associée à une immunosuppression, chez des enfants atteints de maladie de Sanfilippo B. L'essai en détail
  • Sclérose en plaques. Un essai clinique pilote de phase I visant à évaluer les effets d’une thérapie cellulaire par lymphocytes T cytotoxiques spécifiques du virus d'Epstein-Barr autologues chez des personnes présentant pour la première fois des signes de sclérose en plaques est en attente des autorisations règlementaires. En savoir plus.
  • Sclérose latérale amyotrophique (SLA), aussi connue sous le nom de maladie de Charcot.
    • Deux traitement de thérapie génique, l’un pour les formes liées aux mutations de la superoxyde dismutase 1 (SOD1), et l’autre pour les formes liées au gène C9ORF72, sont en cours de mise au point (développement préclinique).
    • Un essai de phase IIB, l’essai MIROCALS, évalue les effets, y compris sur des biomarqueurs à identifier, de l’interleukine 2 à faible dose. En savoir plus.
  • Syndrome de Phelan-McDermid. Un criblage de molécule sur des motoneurones humains produits à partir de cellules souches pluripotentes a permis d’identifier le potentiel thérapeutique du lithium dans cette forme d’autisme d’origine génétique. Un essai de phase I/II est en cours en France (Professeur Richard Delorme (Hôpital Robert Debré – Paris), afin d’évaluer l’effet du lithium dans cette forme d’autisme génétique rare. En savoir plus.
  • Syndrome de Wolfram. Un essai de l'acide valproïque est phase de préparation préclinique.

Maladie rare du foie

Maladies du muscle

Dystrophie musculaire de Duchenne

  • Essai de thérapie génique évaluant une micro-dystrophine (version raccourcie du gène DMD) associée à un vecteur AAV. L'essai qui se déroule dans plusieurs centres investigateurs en France, ainsi qu'au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Israël est en cours de recrutement. Ce produit de thérapie génique innovant est le fruit de la recherche menée par Généthon, le laboratoire de l'AFM-Téléthon, en collaboration avec l’équipe du Pr George Dickson (Université de Londres) et l’équipe nantaise de Caroline Le Guiner (laboratoire de thérapie génique, CHU/Inserm). En savoir plus sur cet essai.
  • Une étude d'histoire naturelle sans traitement de thérapie génique est un préalable à l'essai de thérapie génique micro-dystrophine : cette étude est en cours de recrutement. En savoir plus sur l'étude d'histoire naturelle.
  • Le développement préclinique d'une thérapie du gène par un autre type de candidat-médicament (oligonucléotides antisens morpholino) pour le saut de l'exon 53 a permis le lancement d’un essai clinique de phase I/II chez l’homme, l’essai SRP-4053 (Skip-NMD) dont les résultats ont été publiés.
  • Essais de phase III du tamoxifène. Ce médicament utilisé en oncologie depuis près de 40 ans est évalué dans la DMD, suite à des travaux précliniques soutenus par l’AFM-Téléthon. Deux essais cliniques de phase III en cours, l’un en Israël, l’autre en France, Allemagne, Espagne, Pays-Bas et Royaume-Uni. En savoir plus.
  • Essai pharmacologique de phase III évaluant le nebivolol, un médicament utilisé dans le traitement de l’hypertension, est en cours, dans le but de prévenir l’atteinte cardiaque dans la dystrophie musculaire de Duchenne.
  • Essai pharmacologique de phase Ib en ouvert évaluant le riméporide, une molécule initialement développée dans le traitement de l'insuffisance cardiaque chronique terminé. Résultats publiés. En savoir plus.
  • Un développement préclinique d’une forme pédiatrique d’une molécule visant à lutter contre l’atrophie musculaire, le BIO 101 ou Sarconeos, est en cours, en préalable à un essai clinique qui pourrait démarrer en 2020 sous réserve des autorisations réglementaires. En savoir plus.

Dystrophies musculaires des ceintures

  • Dystrophie musculaire des ceintures R1 liée à la calpaïne (ex-LGMD2A) ou Calpaïnopathie. Le développement préclinique d’un vecteur AAV porteur d’une copie normale du gène CAPN3 en vue d’une utilisation en thérapie génique est en cours à Généthon. En savoir plus.
  • Dystrophie musculaire des ceintures R3 liée à l'alpha-sarcoglycane (ex-LGMD2D) ou Alphasarcoglycanopathie. Une étude préclinique  vise à évaluer les effets du givinostat dans un modèle animal en préalable d’un éventuel essai clinique chez l’homme. Cette molécule, en agissant sur la follistatine, favoriserait l'augmentation de la masse musculaire et limiterait la fibrose et l’inflammation du muscle.
  • Dystrophie musculaire des ceintures R5 liée au gamma-sarcoglycane (ex-LGMD2C) ou Gammasarcoglycanopathie.
      • Le développement préclinique d’un vecteur AAV porteur d’une copie normale du gène SGCG (thérapie génique) est en cours à Généthon. En savoir plus.
      • Des travaux précliniques visent à évaluer les effets du givinostat dans un modèle animal en préalable d’un éventuel essai clinique chez l’homme. Le givinostat agirait, via le gène de la follistatine, en limitant la fibrose et l’inflammation du muscle et en favorisant la régénération musculaire.
  • Dystrophie musculaire des ceintures R9 liée à la FKRP (ex-LGMD2I). Le développement préclinique d'une thérapie génique utilisant un vecteur AAV porteur d’une copie normale du gène FKRP est en cours à Généthon. En savoir plus.
    Une étude d'histoire naturelle de cette forme de LGMD est en cours. 

Maladie de Charcot-Marie-Tooth

  • Des études précliniques du PTX3003 ont permis la réalisation d’un essai de phase II dont les résultats ont été publiés en décembre 2014. À la suite de cet essai, un essai européen de phase III a démarré en décembre 2015. L’essai en détail.
  • En préalable d’un essai clinique pour évaluer les effets de l’IFB-088 (appelé aussi sephine 1) dans la maladie de Charcot-Marie-Tooth, un essai clinique de phase 1 chez des volontaires sains a évalué la sécurité d’utilisation et la tolérance de l'IFB-088 chez l’homme. En savoir plus.

Autres maladies rares des muscles

  • Amyotrophie spinale avec épilepsie myoclonique progressive. Un développement préclinique d'une thérapie génique utilisant un vecteur AAV porteur d’une copie normale du gène ASAH1 vient de démarrer.
  • Dystrophie musculaire oculo-pharyngée (DMOP). Un essai de thérapie cellulaire de phase II évalue l’efficacité de la greffe de myoblastes sur la fonction pharyngée. En savoir plus.
  • Dystrophie myotonique de Steinert. Un développement préclinique vise à la mise au point d'une thérapie génique avec un AAV-MBNL∆.
  • Maladie de Pompe ou glycogénose de type II.  Généthon et la société Spark Therapeutics ont mis au point une thérapie génique ciblant le foie et utilisant un vecteur AAV porteur d’une copie normale du gène GAA, le SPK-3006. Un essai de phase I/II, l’essai RESOLUTE, visant à évaluer la tolérance et l’efficacité de différentes doses de SPK-3006 a démarré aux États-Unis.
  • Myopathie myotubulaire. Un essai de phase I/II de thérapie génique visant à développer l’utilisation d’un vecteur AAV porteur d’une copie normale du gène MTM est en cours. En savoir plus.
  • Myopathies centronucléaires. Un essai de phase I/II de thérapie génique évalue la dynamine 101 ( DYN101), un oligonucléotide antisens dans les myopathies congénitales liées au gène DNM2 ou MTM1En savoir plus.
  • Myosite à inclusions. Un essai pharmacologique de phase IIb (essai Rapami) avec de la rapamycine (sirolimus) a été mené dans un centre français. En savoir plus.
  • Sarcopénie. Un développement préclinique vise à mettre au point un facteur de croissance recombinant (recGDF5) pour pallier les effets de la perte musculaire.

Maladies rares de la peau

  • Épidermolyse bulleuse dystrophique. Un essai de phase I/II avec des cellules cutanées autologues modifiées génétiquement est en cours.
  • Épidermolyse bulleuse jonctionnelle. Une étude pilote  avec des cellules cutanées autologues modifiées génétiquement est en cours.
  • Ulcères cutanés de la drépanocytose. Le développement préclinique de thérapie cellulaire vise la reconstitution d’épidermes avec des substituts obtenus à partir de cellules souches embryonnaires. En savoir plus.

Maladie rare du sang

  • Anémie de Fanconi. Cet essai de phase I/II de thérapie génique consiste à restaurer l’activité du gène Fanc-A (65 % des malades) grâce au transfert de gène à l’aide d’un vecteur lentiviral régulé. En savoir plus.
  • Drépanocytose. Cet essai de phase I/II de thérapie génique évalue l'innocuité et l'efficacité de la transplantation de ses propres cellules CD34 + modifiées par  thérapie génique. En savoir plus.

Maladies rares du système immunitaire

  • Déficit en Artémis. Le développement préclinique d’un produit de thérapie génique vise à exprimer le gène Artémis à des niveaux efficaces dans le système immunitaire (fabrication de lymphocytes T et B). En savoir plus.
  • Déficit immunitaire combiné sévère lié à l’X. Un produit de thérapie génique visant à restaurer le bon fonctionnement des cellules immunitaires en faisant exprimer une forme optimisée du gène IL2RG dans les cellules souches et le système immunitaire est en cours d'évaluatin dans le cadre d'un essai de phase I/II. En savoir plus.
  • Granulomatose septique chronique liée à l'X. Un essai de thérapie génique de phase I/II vise à restaurer l’activité d’une enzyme défaillante dans les globules blancs, la NAPDH oxydase, par transfert de gène grâce à un vecteur lentiviral. En savoir plus.
  • Syndrome de Wiskott-Aldrich. Un essai de thérapie génique de phase I/II  a traité 10 malades par le transfert de gène ex vivo utilisant un vecteur lentiviral introduit dans les cellules souches hématopoïétiques. Sept patients sont toujours suivis dans le cadre d’une étude de sécurité à long terme, parmi lesquels le premier participant qui est suivi depuis plus de 9 ans. En savoir plus.

Voir la saga AFM-Telethon des déficits immunitaires (2016).

Maladies rares de la vue

  • Rétinites pigmentaires. Un essai de phase I/II de thérapie cellulaire est en cours pour évaluer la réparation du tissu rétinien par des cellules de l’épithélium pigmentaire rétinien dérivées de cellules souches. En savoir plus.
  • Rétinites pigmentaires. Le développement préclinique d’un produit de thérapie génique (AAV-RdCVF) vise à améliorer la vue dans les maladies de la rétine. En savoir plus.
Publié le : 20/04/2021