Faîtes un don en ligne
Ligne directe donateurs : 0825 07 90 95 (0,15€ TTC/min + prix d’un appel local)

Faites un don au 3637

Recherche clinique

Essais cliniques et bases de données neuromusculaires
Panorama des études cliniques en cours en France dans les maladies neuromusculaires (études observationnelles, bases de données, registres, essais cliniques).

Les essais cliniques dans les maladies neuromusculaires évaluent aussi bien des thérapies innovantes (thérapie du gène, thérapie cellulaire) que des médicaments ou des dispositifs médicaux. Les bases de données constituent un outil crucial pour les essais cliniques : meilleure connaissance de la maladie (mutations, histoire naturelle), identification de participants éventuels à des études cliniques.

Amyotrophie spinale proximale liée au gène SMN1

  • Nusinersen (ou IONIS-SMNRx ou ISIS-SMNRx) :

- Essai ENDEAR chez des nourrissons atteints de SMA, âgés de maximum 7 mois : terminé (phase d'extension : essai SHINE).
- Essai CHERISH chez des enfants atteints de SMA, âgés de 2 à 12 ans : terminé (phase d'extension : essai SHINE).
- Essai SHINE : phase d’extension en ouvert des essais ENDEAR et CHERISH qui a pour but d’évaluer la tolérance et la sécurité d’utilisation du nusinersen à long terme.

  • RO7034067 (ou RG7916) :

- Essai SUNFISH chez 186 personnes atteintes de SMA de type 2 et 3, âgées de 2 à 25 ans : en cours.

  • Olésoxime :

- Essai de phase II (essai Trophos) : phase clinique terminée, données en cours de publication.
- Étude OLEOS, en ouvert : en cours. Recrutement terminé.

  • NatHis-SMA, une étude d'histoire naturelle de la SMA : en cours. Recrutement terminé.

En savoir plus sur l'amyotrophie spinale liée au gène SMN1

Canalopathies musculaires

  • Base de données nationale sur les maladies des canaux ioniques musculaires, coordonnée par le Pr B.Fontaine et le centre de référence "Canalopathies musculaires", Département de Neurologie, Hôpital Salpêtrière, Paris.
  • Un essai de phase III de la mexilétine a été mené dans les myotonies non dystrophiques. Les données recueillies sont en cours d’analyse.

En savoir plus sur les canalopathies musculaires

Dysferlinopathie

En savoir plus sur les dysferlinopathies

Dystrophie musculaire congénitale avec déficit en mérosine (Mérosinopathie)

En savoir plus sur la dystrophie musculaire avec déficit primaire en mérosine

Dystrophie musculaire de Duchenne

  • Le SRP-4053 : essai international de phase I/II évaluant le SRP-4053 (oligonuclétodide antisens de type morpholino ciblant l'exon 53 du gène DMD )  chez 24 garçons âgés de 6 à 15 ans, atteints de DMD, et dont l'anomalie pourrait répondre au saut de l'exon 53. Essai en cours de recrutement. En savoir plus.
  • Le SRP-4053 et le SRP-4045 : Un même essai international de phase III en double aveugle évalue l’efficacité du SRP-4053 et du SRP-4045 (un autre oligonucléotide antisens ciblant le saut d’exon 45 du gène DMD) chez 99 patients atteints de dystrophie musculaire de Duchenne et susceptibles de répondre, respectivement, au saut de l’exon 45 et 53 du gène DMD. L’innocuité, la pharmacocinétique et les biomarqueurs seront aussi étudiés. En savoir plus.
  • L'Ataluren (Translarna™, PTC124) permet la translecture des codons stop du gène DMD. L'Ataluren (Translarna™). Cette molécule bénéficie depuis le 31 juillet 2014 d’une Autorisation de mise sur le marché (AMM) conditionnelle européenne, accordée par l’Agence Européenne des médicaments (EMA). En France, la prescription du Translarna™  peut se faire dans un cadre hospitalier, en consultation spécialisée, pour les garçons atteints d’une myopathie de Duchenne due à une mutation génétique de type codon stop, âgés de 5 ans et plus et encore marchant. Les résultats préliminaires de l'essai de phase III en double aveugle annoncés en octobre 2015 tendent vers un ralentissement de la perte de la marche avec un traitement à 40mg/kg/jour de Translarna™.

- Étude PTC Pass (Post-Approval Safety Study). Cette étude de suivi de cohorte a pour but d’évaluer l’innocuité et l’efficacité de l’ataluren (Translarna™) sur 5 ans chez 200 patients atteints de DMD, traités dans le cadre de l’AMM conditionnelle, en dehors de tout essai clinique et, dans le cadre des essais en ouvert encore en cours. Pour cette étude, les participants reçoivent l’ataluren (40 mg/kg/jour) en soins courants, prescrit par leur médecin à la consultation neuromusculaire. Le suivi médical rattaché à l’étude PTC Pass s’effectue dans ce cadre. En savoir plus

- Deux essais internationaux ayant pour but d'évaluer l’innocuité et l’efficacité de 40 mg/kg/jour d’ataluren sont encore en cours : un essai international de phase III en ouvert et l'extension en ouvert de l'essai international de phase III en double aveugle (lequel est terminé). En savoir plus

  • Riméporide : essai international de phase Ib, en ouvert (France : Institut I-Motion, Paris) : essai en cours. En savoir plus.
  • Nebivolol (essai Nebidys) : essai de phase III, en double aveugle contre placebo : recrutement en cours.
  • L'idébénone. L'idébénone est un antioxydant.

- L’Essai DELOS est terminé. Il évaluait l’idébénone à 900 mg/jour, chez 280 patients atteints de dystrophie musculaire de Duchenne, âgés de 10 à 18 ans, n'ayant pas été traités avec des glucocorticoïdes. Les résultats publiés en avril 2015 dans le journal The Lancet montrent que l’idébenone (ou Caténa®/Raxone®), est bien toléré et diminue notablement l'évolution de l’atteinte respiratoire. D’autres résultats publiés en juin 2016 dans la revue Neuromuscular Disorders montrent que l’idébenone diminue le risque de survenue d'épisodes infectieux respiratoires.

- L’Essai SIDEROS est en cours de recrutement. Il évalue les effets de 900 mg/jour d’idébénone sur l'évolution de l'atteinte respiratoire, chez le même type de population de patients, mais cette fois, traités concomitamment avec des glucocorticoïdes, durant 40 mois. En savoir plus.

  • L’étude histoire naturelle de la DMD : étude internationale d’histoire naturelle en cours, soutenue par l'AFM-Téléthon, ayant pour but de mieux comprendre le mode de progression de la maladie, en particulier en ce qui concerne l’évolution de la capacité à la marche, grâce à un suivi sur 5 ans. En savoir plus.
  • Étude PréU7-exon53 : étude observationnelle préalable à un futur essai évaluant l’AAV-U7, un oligonucléotide antisens capable d’induire le saut de l’exon 53 du gène DMD et contrôlé par un petit gène appelé U7. Plus d'informations.
  • L'AAV-U7/exon 53. Suite à la publication des résultats de l’essai préclinique de thérapie génique par saut d’exon évaluant un vecteur AAV portant un transgène U7 ciblant l’exon 53 du gène DMD, un essai clinique de phase I/II chez l’homme, évaluant cet AAV-U7 devrait débuter prochainement.
  • Banque de données UMD-DMD France (C.Béroud, F. Leturcq, S. Tuffery-Giraud)

En savoir plus sur la dystrophie musculaire de Duchenne

Dystrophie musculaire d'Emery-Dreifuss et laminopathies

En savoir plus sur la dystrophie musculaire d'Emery-Dreifuss

Dystrophie musculaire facio-scapulo-humérale

En savoir plus sur la myopathie facio-scapulo-humérale

Dystrophie musculaire oculo-pharyngée

  • Greffe de myoblastes autologues associée à une myotomie crico-pharyngée : recrutement terminé ; données en cours d'analyse. Investigateur principal : Pr J. Lacau-Saint-Guily et Pr. Sophie Perié (Hôpital Tenon, Paris)

En savoir plus sur la dystrophie musculaire oculo-pharyngée

Dystrophie myotonique de type 1

  • DM-scope, l'observatoire français des dystrophies myotoniques piloté par G. Bassez du Centre de référence des maladies neuromusculaires de l’hôpital Henri-Mondor (Créteil).
  • Essai Dyvine, évaluation de la ventilation non invasive précoce : recrutement terminé. Investigateur principal : Pr D. Orlikowski (Hôpital Raymond Pointcarré, Garches)
  • Essai OPTIMISTIC, évaluation de la thérapie cognitivo-comportementale : recrutement terminé. Investigateur principal en France : Dr Guillaume Bassez.
  • Essai psyDM1, exploration des troubles cognitifs dans la forme infantile de la maladie de Steinert. Investigateur principal : Nathalie Angeard, Maître de Conférences à l’université Paris Descartes – Sorbonne Paris Cité et Psychologue à l'Institut de myologie.

En savoir plus sur la dystrophie myotonique de type 1

Glycogénose de type II (maladie de Pompe)

  • registre français de la maladie de Pompe : créé en 2004, sous la responsabilité scientifique de P. Laforêt (Institut de Myologie, Paris). En février 2017, 190 personnes atteintes de maladie de Pompe en France ont été recensées dans ce registre, dont 153 personnes sous traitement par enzymothérapie substitutive.
  • NéoGAA (essai COMET) : essai multicentrique, en cours de recrutement. centre coordonateur en France : CHU de Nice, Pr Sabrina SACCONI

Glycogénose de type III

  • Pro-GSDIII :étude d'histoire naturelle en cours. Centre investigateur : Institut de Myologie (Paris).

En savoir plus sur les glycogénoses musculaires

Maladie de Charcot-Marie-Tooth

  • PTX3003 (essai PLEO-CMT) : essai multicentrique, en cours. Investigateur coordonnateur en France : Dr S. Attarian (CHU de la Timone, Marseille).

En savoir plus sur la maladie de Charcot Marie Tooth

Myasthénie auto-immune

  • Prednisone et azathioprine (essai MYACOR) : essai de phase IV, randomisé, en simple aveugle, monocentrique. Investigateur principal : Dr T. Sharshar (Hôpital Raymond Poincaré, Garches)
  • Programme d’exercice sur rameur (essai MGEX) : essai de phase I/II, randomisé, contrôlé, en simple aveugle, bicentrique : recrutement en cours. Investigateur principal : Dr T. Sharshar (Hôpital Raymond Poincaré, Garches). 
  • Rituximab dans les myasthénies réfractaires (essai FORCE) : phase clinique terminée, données en cours d’analyse. Investigateur principal : Pr O.Benveniste (Centre de référence Maladies neuromusculaires, Institut de Myologie, Hôpital Pitié-Salpétrière, Paris)
  • Étude Fight-MG : Dans le cadre d'un projet européen ayant pour objectif de mieux comprendre la myasthénie pour mieux la traiter, Fight-MG est une étude observationnelle sur des vrais jumeaux dont l’un est atteint de myasthénie auto-immune. Elle avait pour but de faire la part de la génétique et de l’environnement dans l’apparition d’une myasthénie auto-immune. L’étude a consisté à analyser le transcriptome (l’ensemble des ARN messagers) et le méthylome  (l’ensemble des sites de méthylation de l’ADN) de populations sanguines des vrais jumeaux, qu’ils soient atteints de myasthénie ou pas. Des résultats préliminaires communiqués en 2016 semblent mettre en évidence une forte ressemblance du jumeau non malade à son frère jumeau malade. De plus, cette étude a permis de mettre en évidence des marqueurs génétiques spécifiques de la maladie (notamment dans les monocytes).

En savoir plus sur la myasthénie auto-immune

Myopathie congénitale centronucléaire

Myopathie congénitale myotubulaire

En savoir plus sur les myopathies congénitales

Myopathie de Miyoshi

En savoir plus sur la myopathie distale de Miyoshi

Myopathie des ceintures LGMD2A - Calpaïnopathie

Myopathie des ceintures LGMD2B

Myopathie des ceintures LGMD2D et LGMD2F - Sarcoglycanopathies alpha et gamma

Myopathie des ceintures avec déficit en FKRP (LGMD2I)

En savoir plus sur les myopathies des ceintures

Myopathie GNE

  • Acide sialique à libération prolongée (essai UX001-CL301) : essai de phase III, randomisé, contrôlé en double aveugle, multicentrique, international : en cours. Investigateurs: Dr Anthony Béhin (Institut de Myologie, GH Pitié-Salpêtrière, Paris) et Dr Ariane Choumert (CHU La Réunion, Site GHSR, Saint Pierre, DROM-COM)
  • Étude ClinBio-GNE : étude prospective de l’histoire naturelle de la myopathie GNE, monocentrique, française : recrutement terminé. Investigateur principal : Dr Teresa Gidaro (Centre de références maladies neuromusculaires Paris-Est, Institut de Myologie, Paris)

 En savoir plus sur la myopathie distale de type Nonaka

Myopathies liées à la sélénoprotéine N

En savoir plus sur les myopathies liées à la sélénoprotéine N

Myopathies liées au déficit en collagène 6

En savoir plus sur les myopathies liées aux collagène VI

Myosite à inclusions sporadique

Myosites

  • Rituximab dans les myosites réfractaires (essai FORCE) : phase clinique terminée, données en cours d’analyse. Investigateur principal : Pr O.Benveniste (Centre de référence Maladies neuromusculaires, Institut de Myologie, Hôpital Pitié-Salpétrière, Paris).

En savoir plus sur les myosites

 

Publié le : 20/06/2017