Faîtes un don en ligne
Ligne directe donateurs : 0825 07 90 95 (0,15€ TTC/min + prix d’un appel local)

Faites un don au 3637

Notre histoire

Un combat sans merci contre la maladie
De sa création en 1958 aux premiers traitements aujourd'hui, l’AFM-Téléthon a privilégié l’audace et l’innovation. Un combat mené au nom des malades.

1958-1986 : les premières années

L’AFM-Téléthon est créée en 1958 par une poignée de parents révoltés contre l’impuissance de la médecine et de la science face aux maladies neuromusculaires qui touchent leurs enfants. Yolaine de Kepper (voir le diaporama en bas de page), mère de sept enfants, dont quatre atteints par la myopathie de Duchenne, est la fondatrice et la première présidente de l’Association.

Vente de cartes de vœux, de boîtes de chocolats, l’AFM-Téléthon tente, à une petite échelle, de faire reconnaître ces maladies délaissées par le corps médical. Objectif : impulser des travaux de recherche et trouver des médecins capables de diagnostiquer et prendre en charge les malades.

En 1969, une première bataille est remportée avec la prise en charge à 100 % de la myopathie par la Sécurité sociale. En 1976, l’Association est reconnue d’utilité publique par l’État.

En 1986, lors d’un colloque scientifique organisé par l’Association, le gène responsable de la myopathie de Duchenne, la plus fréquente des maladies neuromusculaires de l’enfant, est identifié. Cette découverte majeure pousse l’Association à faire de la recherche génétique l’un des fers de lance de son action.

1987 : la révolution Téléthon

En 1987, deux pères d’enfants malades, Bernard Barataud et Pierre Birambeau, réussissent à convaincre Antenne 2 d’adapter le Téléthon en France, un marathon télévisuel qui existe aux Etats-Unis depuis 1966.

Le 4 et 5 décembre 1987, le premier Téléthon parrainé par l’acteur Jerry Lewis fait connaître la myopathie, à travers les enfants malades et leurs proches. Il s’achève sur une collecte de 181 millions de francs (27,6 millions d’euros), soit trois fois plus que le montant espéré.

Grâce à la mobilisation exceptionnelle des Français, le combat change de dimension. L’AFM-Téléthon lance des appels d’offre pour soutenir massivement la recherche génétique et équiper des laboratoires. Dans le même temps, elle innove dans l’aide au quotidien des familles en créant le métier de technicien d’insertion (devenu aujourd'hui le métier de référent parcours). Elle impulse un réseau national de consultations pluridisciplinaires pour réduire les inégalités dans la prise en charge médicale.

1990 - 2000 : Initier et structurer la recherche 

L’AFM-Téléthon prend les rênes de la recherche avec la création du Généthon, laboratoire qui publie entre 1992 et 1996, les premières cartes du génome humain. Cette avancée va accélérer la découverte des gènes responsables des maladies génétiques. Mises à la disposition de la communauté scientifique, ces cartes sont le point de départ du décryptage du génome humain qui s’achèvera en 2003.

Lire : Les laboratoires de l'AFM-Téléthon

En 1996, l’AFM-Téléthon crée à la Pitié-Salpêtrière, l’Institut de Myologie, centre d’expertise international pour la recherche, les soins et l’enseignement sur le muscle et ses maladies. 

En 1997, Généthon aborde un tournant et se focalise sur la mise au point des gènes-médicaments (thérapie génique). L’AFM-Téléthon participe, par ailleurs, à la création d’Eurordis, fédération européenne qui représente les 30 millions d’Européens touchés par une maladie rare. Cette dernière obtiendra le vote d’une législation européenne qui incite les laboratoires pharmaceutiques à mettre au point des traitements pour ces maladies qui touchent moins d’une personne sur 2 000 (médicaments orphelins).

A partir de 1999, et grâce à une meilleure prise en charge médicale et sociale, la qualité et l’espérance de vie des malades s’améliorent. Les premiers essais thérapeutiques sont lancés. 

2000 - 2010 : une révolution médicale 

En 2000, la thérapie génique est utilisée avec succès pour traiter les premiers bébés-bulles par une équipe soutenue par l’AFM-Téléthon. En 2003, l’Institut de Myologie et la société Transgene achèvent le premier essai mondial de thérapie génique dans la myopathie de Duchenne.

Lire : Les avancées scientifiques et dans l'accompagnement des malades

Dès 2001, l’AFM-Téléthon rassemble les acteurs de la lutte contre les maladies rares (Alliance Maladies Rares, Eurordis, Orphanet, Maladies Rares Info Services) au sein de la Plateforme maladies rares.

En 2004, l’AFM-Téléthon obtient du gouvernement le premier Plan maladies rares. Avec d’autres associations, elle remporte en 2005, une victoire historique avec la loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées qui instaure le droit à compensation, le droit à la scolarité , à la formation et à l’emploi.

En 2005, l’AFM-Téléthon et l’Inserm créent I-Stem, le plus grand laboratoire français de recherche sur les cellules souches. La thérapie cellulaire qui consiste à utiliser des cellules souches pour réparer ou régénérer un organe ou un tissu endommagé, fournit de nouvelles pistes thérapeutiques prometteuses.

Les premiers résultats des thérapies innovantes se multiplient. En 2009, deux enfants atteints d'une grave maladie génétique du cerveau, l'adrénoleucodystrophie, sont traités par thérapie génique. L'évolution de leur maladie est stoppée. En 2010, I-Stem réussit à reconstruire un épiderme avec des cellules souches. La même année, c’est un premier patient atteint d’une maladie fréquente du sang, la bêta-thalassémie, qui est traité avec succès par thérapie génique. 

Depuis 2010 : les premiers traitements 

Avec Généthon Bioprod, l’AFM-Téléthon dispose depuis 2012 du plus grand laboratoire au monde pour la production de médicaments de thérapie génique. Un changement d’échelle nécessaire alors que se multiplie le nombre d’essais cliniques. 

L’AFM-Téléthon soutient une trentaine de d’essais cliniques en cours ou en préparation pour des maladies rares des muscles, du cerveau, de la vue, de la peau, du sang, du foie… 

Avec la création en 2011 de l’Institut des biothérapies des maldies rares qui réunit les 600 experts des thérapies innovantes de ses laboratoires (Généthon, Institut de Myologie, I-Stem, Atlantic Gene Therapies), l’AFM-Téléthon constitue une force de frappe unique au monde. Elle impulse ainsi une révolution médicale pour les maladies rares qui bénéficie aussi aux maladies fréquentes.

Les Valeurs de l'Association

Publié le : 01/09/2013