Faîtes un don en ligne
Ligne directe donateurs : 0825 07 90 95 (0,15€ TTC/min + prix d’un appel local)
Publié le : 24/09/2020

Myasthénie : attention, dépression et anxiété fréquentes

Troubles anxieux et dépression sont fréquents lorsque l’on a une myasthénie. En parler à son médecin l’aide à mieux prendre en charge ces difficultés psychologiques.

Environ un tiers des personnes atteintes de myasthénie auto-immune sont déprimées et près de la moitié (46,3%) souffrent d’un « trouble anxieux » comme une anxiété majeure, des attaque de panique ou encore une phobie. Ces chiffres issus d’une revue de 32 études publiées au cours du dernier demi-siècle sont bien supérieurs à ceux retrouvés dans la population indemne de la maladie. Pour l’expliquer, des experts soulignent le caractère chronique, fluctuant et imprévisible de la myasthénie susceptible de provoquer notamment une anxiété d’anticipation ainsi qu’une tendance à la planification excessive et à l’isolement.

Or anxiété et dépression détériorent la qualité de vie et peuvent influencer la façon dont on s’implique dans la prise en charge de sa myasthénie. Il est donc important que ces troubles psychiques soient recherchés de façon systématique, mais aussi traités de façon adaptée. Attention car des antidépresseurs (comme l’amitriptyline) et des anxiolytiques (diazépam notamment) peuvent aggraver la myasthénie. À l’inverse, les corticoïdes souvent utilisés pour la traiter peuvent provoquer des insomnies et une irritabilité, voire une dépression.

Source
A Review of Psychiatric Comorbidity in Myasthenia Gravis.
Law C, Flaherty CV, Bandyopadhyay S.
Cureus. 2020;12(7):e9184.

 

Rechercher une actu
Recherchez une actualité
Par ex., 25/10/2020
Filtrer par date