Faites un don
C'est ce que vous coûtera ce don après les 66% de réduction d'impôts

Ligne directe donateurs : 0825 07 90 95 (0,15€ TTC/min + prix d’un appel local)

Aidants : leur rendre hommage c’est bien, les aider c’est mieux ! #UrgenceAideàDomicile 

Publié le 05/10/2022
aidants

A l’occasion de la Journée Nationale des Aidants, le 6 octobre, l’AFM-Téléthon alerte : pour les malades en situation de grande dépendance à domicile, il devient de plus en plus difficile de recruter des professionnels. Résultat : les aidants familiaux sont à bout et la sécurité des personnes malades est menacée. Il est urgent de placer l’aide à domicile pour les personnes en situation de grande dépendance au cœur des priorités de l’action publique ! 

La journée nationale des aidants ne doit pas simplement être l’occasion de mettre en lumière le rôle des aidants. Il est aussi nécessaire de tout faire pour limiter le poids écrasant du quotidien qu’ils doivent supporter. 

Aujourd’hui, de plus en plus de personnes en situation de grande dépendance n’arrivent plus à trouver des aides à domicile. Leur sécurité est fortement menacée lorsqu’elles vivent seules. Lorsqu’elles vivent en famille, ce sont les proches qui se retrouvent seuls à assumer une part croissante des soins et de l’accompagnement des personnes malades. 

Toilettes, lever, coucher, préparation et aide aux repas, soins… les personnes en situation de grande dépendance ont besoin d’aide 24h/24. Pour garantir leur bien-être et leur sécurité, les personnes et les familles concernées font appel à des services prestataires ou emploient directement des professionnels. Mais, depuis des mois, les métiers de l’aide à domicile sont en très forte tension et trouver du personnel compétent et stable relève de l’impossible. 
Les conséquences ? Mise en danger, hospitalisations à répétition de la personne malade, burn out des aidants, perte d’autonomie… 

L’AFM-Téléthon tire la sonnette d’alarme : il est urgent de placer l’aide à domicile pour les personnes en situation de grande dépendance au cœur des priorités de l’action publique ! 
« Tous les regards sont tournés vers la pénurie de professionnels dans les secteurs sanitaire et médico-social alors que le secteur du domicile pour les personnes en situation de grande dépendance continue à glisser silencieusement vers une situation encore plus catastrophique. Il ne faudrait pas que les mesures actées ou à venir en faveur des établissements viennent davantage encore assécher les ressources. Il est impératif de placer l’aide à domicile pour les personnes en situation de grande dépendance au cœur des priorités pour éviter les situations de rupture. Une véritable stratégie nationale pour les aidants, dotée de moyens et d’objectifs réellement ambitieux est nécessaire mais elle doit être couplée avec des mesures fortes et ciblées de soutien à l’aide à domicile pour les personnes en situation de grande dépendance. Rendre hommage aux aidants c’est bien, les aider c’est mieux ! » déclare Laurence Tiennot-Herment, Présidente de l’AFM-Téléthon

Découvrez les témoignages des familles :

Patricia, maman de Jérôme, atteint de myopathie de Duchenne : « Mon fils est en danger si je ne suis pas présente. »

« La situation est déjà très compliquée quand on a un enfant en situation de grande dépendance mais lorsque les professionnels sont face à une personne trachéotomisée on ne trouve plus personne pour nous aider. C’est insensé ! J’ai arrêté de chercher et mon mari et moi avons assuré l’assistance 24h/24 de notre fils. Nous faisions tous les soins infirmiers. Nous avions perdu le sommeil, nous étions épuisés mais devions tenir car quelle conséquence si nous n’avions plus la force de nous occuper de Jérôme ? Mon fils était en danger si je n’étais pas présente. C’est un enfer. On est vraiment seuls pour faire face. Et nous ne sommes pas un cas isolé. »

Jean-François et Jeanne, parents de Vincent, atteint de myopathie de Duchenne : « Nous sommes à bout »

« Vincent a besoin d’une prise en charge 24h/24 et cela fait des mois que nous n’avons pas suffisamment de professionnels disponibles pour s’occuper de lui. Cela fait un an que nous vivons chez notre fils pour qu’il soit en sécurité. Récemment encore, une auxiliaire de vie nous a fait faux bond à la dernière minute. Nous vivons toujours sous pression car nous ne pouvons pas laisser Vincent seul ou avec une personne non formée aux aspirations endotrachéales. S’il est en détresse respiratoire, il faut intervenir dans la minute et, aujourd’hui, si nous ne sommes pas présents, il est en danger. Nous sommes à bout. »
 

Guénaelle, Maman d’Elouan, atteint de dystrophie musculaire congénitale : « J’ai dû démissionner pour m’occuper de mon fils »

« J’ai embauché 2 auxiliaires de vie en emploi direct pour assurer une présence 3 nuits par semaine, et des temps d’intervention le matin pour préparer mon fils, avant le temps scolaire. Mais en mars 2022, l’auxiliaire de vie est partie et n’a pu être remplacé. Et comme on ne parvient pas à recruter de personnel formé, j’ai dû démissionner pour m’occuper de mon fils. »
 

Vous voulez nous aider à faire entendre la voix des familles et des malades ? Donnez de la résonnance à notre combat et partagez cette actu sur vos réseaux sociaux avec le hashtag #UrgenceAideàDomicile. 

Et aussi :
- Découvrez comment agir avec nous sur les réseaux sociaux
- Abonnez-vous à notre newsletter