Faîtes un don en ligne
Ligne directe donateurs : 0825 07 90 95 (0,15€ TTC/min + prix d’un appel local)
Publié le : 13/02/2020

Myosite due aux statines : différents traitements fonctionnent

Une étude sur la myosite à anti-HMGCR secondaire aux statines démontre que plusieurs traitements permettent une rémission sans corticothérapie prolongée.

Les statines sont des médicaments utilisés pour faire baisser le taux de cholestérol dans le sang. Dans de très rares cas, ils provoquent l’apparition d’une maladie du muscle : la myopathie nécrosante auto-immune. Des médicaments capables de freiner l’activité du système immunitaire, sont alors nécessaires, en traitement dit « d’attaque », au moment du diagnostic, puis en traitement d’entretien de longue durée, une fois la maladie devenue moins active.
Une étude rétrospective internationale a cherché à identifier les stratégies thérapeutiques qui permettent d’obtenir, et de maintenir dans la durée, une rémission de la maladie. Elle a été menée chez 55 personnes atteintes de myopathie nécrosante auto-immune avec auto-anticorps anti-HMGCR induite par les statines, âgées en moyenne de 67 ans et suivies pendant près de 20 ans par quatre hôpitaux canadiens.

Plusieurs stratégies efficaces

Parmi ces 55 personnes, 14 ont reçu un traitement d’attaque par un immunosuppresseur seul ou associé à des immunoglobulines par voie intraveineuse (IgIV), qui a entrainé une rémission de la maladie sans qu’il soit nécessaire d’utiliser des corticoïdes en traitement d’entretien.
Les autres malades (41 personnes) ont bénéficié d’un traitement d’attaque comportant des corticoïdes et un immunosuppresseur, ainsi que des IgIV pour 22 personnes. Il a conduit à une rémission de la maladie et à l’arrêt de la corticothérapie dans 73% des cas.
Une rémission durable, et sans traitement d’entretien par corticoïdes, est donc possible dans la myopathie à HMGCR induite par les statines. Cette possibilité est importante car la maladie survient le plus souvent après l’âge de 40 ans, une période de la vie où une corticothérapie prolongée risque d’entrainer davantage d’effets indésirables, et notamment de venir déséquilibrer un éventuel diabète ou une maladie cardiovasculaire préexistante.

Agir vite

Cette étude montre également que la rémission est plus rapide lorsque le traitement d’attaque comporte des IgIV, et que plus le traitement est entrepris rapidement, meilleures sont ses chances de réussite.


Source
Statin-induced anti-HMGCR myopathy: successful therapeutic strategies for corticosteroid-free remission in 55 patients.
Meyer A, Troyanov Y, Drouin J et al
Arthritis Res Ther. 2020 January

Rechercher une actu
Recherchez une actualité
Par ex., 03/12/2020
Filtrer par date